dimanche 7 juillet 2024

Jean-Laurent Del Socorro - Peines de mots perdus

Peines de mots perdus, Jean-Laurent Del Socorro, 2024, 260 pages

France, 1593. La Compagnie du Chariot, une troupe de mercenaires, est emprisonnée. En échange de leur liberté, leur capitaine, Axelle de Thorenc, se voit confier une mission pour le compte du roi Henri IV : partir en Angleterre pour y récupérer le mystérieux sceau de l'enfer. Une mission qui aura des échos tout au long de sa vie.

Peines de mots perdus prend place dans un univers habituel de Jean-Laurent Del Socorro, où se sont déjà déroulés, entre autres, deux excellents textes : Royaume de vent et de colères et Le Vert est éternel. Je dis "univers" mais il vaudrait mieux dire "époque" tant c'est la partie historique qui est la plus prégnante dans cette fantasy historique. Malheureusement, cette troisième lecture fut bien moins enthousiasmante que les deux premières.

Peines de mots perdus est une sorte de fix-up de trois nouvelles, toutes mettant en scène Axelle se rendant en Angleterre, à quelques décennies d'intervalle, pour des missions ayant toute un socle commun. Ces textes ne sont pas mauvais. Ce sont des petites aventures sympathiques, où le travail historique est certainement grand et où le féminisme et la sororité ont une place importante. Ça se lit sans mal, sans déplaisir, mais sans véritable enthousiasme non plus.

Il y a deux problèmes. Premièrement tout se déroule trop rapidement et trop bien, c'est gentillet. Ce qui ne serait pas forcément si grave s'il n'y avait pas le deuxième souci : je n'ai eu aucun investissement émotionnel envers les personnages. Elles ont pourtant un fort potentiel mais tout va trop vite pour avoir le temps de s'attacher - même si ça ne gêne pas Axelle, la solitaire qui se fait des meilleures amies toutes les 5 minutes après deux phrases échangées - et ce d'autant plus qu'une grande partie des évènements les plus impactants ont lieu lors des entractes entre les différents textes. Tout ça fait que si Peines de mots perdus est loin d'être une mauvaise lecture, elle est tout de même assez anecdotique.

Couverture : Xavier Colette
D'autres avis : Yuyine, Célinedanaë, Le Nocher des livres, Boudicca, ...

4 commentaires:

  1. J'ai beaucoup de retard sur les romans de Jean-Laurent Del Socorro, je n'irais pas vers celui-là en premier alors 😅

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert : J'ai peu de doutes qu'il y a plus important de l'auteur à lire oui.

      Supprimer
  2. Du coup, il a repris et intégré "Noir est le sceau de l'enfer" dans ce bouquin ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Xapur : Oui, c'est la première partie/nouvelle de ce livre. Dans une version retravaillée/étoffée il me semble, même si je ne peux pas faire la comparaison.

      Supprimer