mercredi 10 octobre 2018

Cory Doctorow - Dans la dèche au Royaume Enchanté

Dans la dèche au Royaume Enchanté, Cory Doctorow, 2003, 230 pages.

Livre lu il y a plusieurs mois, mais non-chroniqué ici-bas. Par souci d'exhaustivité, en voici quelques bafouilles encore plus courtes que d'habitude, sur la base de mes souvenirs.

Dans la dèche au Royaume Enchanté est un roman indéniablement étonnant, et fascinant, pour son cadre et son concept. Tout se déroule à Disney World, dans une société où l'argent a disparu et où tout tourne autour du Whuffie, un indice de réputation/sociabilité qui régit toutes les relations et interactions entre individus dans un "nouveau" monde hyperconnecté.

Ce n'est pas toujours hyper simple à saisir au départ, mais c'est innovant et cela vaut pour cela seul le coup d'oeil, tant cela regorge d'idées. D'autant plus que, bien qu'écrit en 2003, tout semble de plus en plus réel sur certains points...

De vrais avis : Gromovar, Lorhkan, ...

jeudi 4 octobre 2018

Écran de fumée #8 - Luke Cage S2

Luke Cage, Saison 2, 2018, 13 épisodes de ~60 minutes.

C'était bien. Si, je vous jure, cette saison 2 était bonne. Remarquez, moi aussi si on m'avait dit avant de la regarder que j'en penserais ça, je n'y aurais pas cru. Il faut dire que la première saison était tellement mauvaise...

Le fameux "Syndrome Superman" : comment créer un intérêt quand le héros est invincible ? Cette saison 2 y répond de deux manières : avec un ennemi et des personnages secondaires intéressants, comme on peut s'y attendre, mais surtout avec un héros qui trouve son style, qui se démarque.

Alors oui, on se serait passé de revoir Mariah en pièce centrale - même si cela permet d'avoir Shades par la même occasion - mais heureusement le personnage est lui aussi un peu mieux réussi que dans la saison 1. Et puis, la compensation est à la hauteur : Bushmaster.

Bien sûr, tout n'est pas parfait. Les parties musicales, excellentes, donnent un style à la série mais apparaissent aussi souvent artificielles - sans même parler d'une certaine chanson au piano. Un élément (indice non-divulgâcheur : bras) est totalement sous-utilisé. Et on aurait facilement pu faire tenir le tout avec 2/3 épisodes de moins. Mais ne nous plaignons pas trop : le rythme reste bon dans l'ensemble, gardant de l'intérêt et du sens, surtout, jusqu'au bout - un chouïa moins dans le dernier tiers peut-être, mais ça passe.

Et cette fin. Cette fin ! Ce n'est peut-être pas grand chose, ça fera peut-être un flop, mais peu importe. Le moment était très bon à vivre, c'est bien là l'essentiel.

vendredi 28 septembre 2018

Alfred Bester - Terminus les étoiles

Terminus les étoiles, Alfred Bester, 1956, 358 pages.

XXVème siècle. Dans un futur où l'homme a conquis le système solaire et développé des capacités, limitées et sous condition, de téléportation (ici appelée fuggue), Gully Foyle est lui dans l'espace, à la dérive, seul survivant à bord du Nomad. Lorsqu'un autre vaisseau, le Vorga, finit par croiser sa route et ne pas venir à son secours, Gully Foyle trouve une nouvelle et unique raison de (sur)vivre : la vengeance.

Personnage principal, Gully Foyle est un personnage (d)étonnant, bien plus anti-héros qu'héros typique, dont l'évolution est phénoménale au fil des pages, finissant bien loin de "l'homme moyen" le caractérisant au démarrage. Pour autant, il n'est pas le seul intérêt du livre. Car s'il en occupe une place centrale, Terminus les étoiles est aussi l'histoire d'un monde en mouvement, sur le fil d'une guerre interplanétaire.

Cela peut paraitre contradictoire, mais Terminus les étoiles est simple, limpide, et pourtant foisonnant. C'est une histoire - et même un univers - qui ne reste pas figée, qui évolue et grandit sans cesse, qui se développe avec et contre son personnage principal. Ce n'est peut-être pas parfait, on pourrait notamment lui reprocher quelques facilités et une fin qui en rebutera certains, mais il ne faut pas bouder son plaisir : c'est du très bon !

lundi 24 septembre 2018

Dernier Discord avant la fin du monde !


Oui, vous vous en rendez compte instantanément, nous ne reculerons devant rien - pas même un gif de chat - pour vous attirer et vous annoncer la grande nouvelle : l'ouverture du Dernier Discord avant la fin du monde !

Quoi ? Tu ne sais pas ce qu'est Discord ? Cela va pourtant devenir ton nouvel endroit préféré sur les internets !
Discord est une application - accessible sur ordinateur et téléphone - proposant des serveurs privés de tchat. Créée à l'origine pour les jeux vidéos, elle est tellement pratique et fonctionnelle que ses utilisations se répandent à d'autres domaines. Et comme il n'en existait pas pour nos genres préférés, il n'en fallait pas plus pour qu'avec Tigger Lilly nous mettions fin à cette absence.

Alors si tu veux venir discuter avec des passionnés du triptyque maléfique (Science-Fiction, Fantasy et Fantastique) de ce qui en fait l'actualité et bien plus, cela s'appelle Le Dernier Discord avant la fin du monde et ça se passe ici : https://discord.gg/c9md4PC.

Tu n'es pas tout à fait convaincu ? Tu hésites encore ? Tu ne devrais pas, fonce, c'est ouvert à tous. Mais j'ai quand même un dernier argument dans ma manche. Pour fêter l'ouverture, nous y organisons un quiz SFFF ce samedi 29 septembre à partir de 20h ! Et personne ne résiste à un bon quiz, n'est-ce pas ?

Au plaisir de se croiser sur Le Dernier Discord avant la fin du monde ! ;-)


lundi 17 septembre 2018

Helene Wecker - Le Golem et le Djinn

Le Golem et le Djinn, Helene Wecker, 2013, 525 pages

Livre lu il y a plusieurs mois, mais non-chroniqué ici-bas. Par souci d'exhaustivité, en voici quelques bafouilles encore plus courtes que d'habitude, sur la base de mes souvenirs.

Vous prendrez bien une histoire d'amour entre une golem et un djinn ? Oui, dis comme ça, ce n'est pas vendeur. Et pourtant, ne vous fiez pas à cette mauvaise "catchphrase" : Le Golem et le Djinn est un petit bijou, humain - étonnamment humain -, sensible, absolument pas gnangnan, simpliste ou caricatural. C'est une véritable histoire, une double histoire même, bien menée et touchante.

Son seul défaut ? Les coquilles d'orthographe et de mise en page, qui ne rendent pas hommage au travail d'Hélène Wecker. Passez outre, cela en vaut très largement le coup.

De vrais avis : Xapur, Cédric, Gromovar, Lhisbei, ...