mardi 20 août 2019

Philip Pullman - Les Royaumes du Nord

Les Royaumes du Nord, Philip Pullman, Tome 1/3 d'À la croisée des mondes, 1995, 533 pages

Jeune orpheline, Lyra vit au Jordan College, à Oxford, avec son daemon Pantalaimon. Elle mène une vie simple d'enfant jusqu'à ce qu'elle assiste à une tentative d'empoisonnement de son oncle et apprenne d'étonnantes informations sur une étrange Poussière et une ville dans le ciel.

La découverte et l'émerveillement, c'est le mot d'ordre d'une bonne partie de ce roman. Entre daemons, aléthiomètre et autres panserbjorns, Les Royaumes du Nord regorge de belles trouvailles et d'un univers, sensiblement proche du notre, qui donne envie d'être exploré plus amplement.

Si À la croisée des mondes est une œuvre jeunesse, cela se ressent essentiellement dans une certaine simplicité de ton et d'intrigue ainsi que par la présence d'une jeune héroïne. Pour autant simple ne veut nullement dire simpliste, Philip Pullman faisant confiance à l'intelligence de ses lecteurs. Quant à Lyra, sa jeunesse ne l'empêche pas d'être une héroïne plus maline que bien d'autres héros adultes de romans, tout en conservant une certaine candeur toute sympathique.

Les Royaumes du Nord est une belle réussite. Certes l'intrigue ne déborde pas de rebondissements et de surprises et l'aspect théologique de la dernière partie n'est pas nécessairement sa plus grande satisfaction. Mais ces bémols sont faibles en regard de la qualité des trouvailles de l'auteur et du nombre d'idées habilement distillés au fil de cet efficace récit. À mettre entre les mains des petits comme des grands.

Lecture commune avec le Cercle d'Atuan :
D'autres avis : AcrO, ...

lundi 12 août 2019

Laurent Genefort - La Muraille Sainte d'Omale

La Muraille Sainte d'Omale, Laurent Genefort, Tome 3/? d'Omale, 2004, 372 pages

Suite de l'exploration d'Omale avec cette fois une expédition scientifique à destination du Landor, cette région ceinte par la Muraille Sainte d'Omale, gigantesque ouvrage construit par des religieux humains dans le but de se prémunir du contact des chiles et des hodgqins. Une région habituée à vivre en quasi-autarcie mais qui fait désormais face à un exode massif, la population fuyant "la fin du monde".

Après deux premiers tomes en légère demi-teinte, La Muraille Sainte d'Omale est très clairement un ton au-dessus et peut facilement être considéré comme le tome tant attendu, celui où Omale devient véritablement l'univers fascinant entraperçu, et ce sans mettre de côté l'histoire. Pourtant cette dernière n'est toujours pas flamboyante, mais elle est cette fois parfaitement équilibrée et possède des personnages qui donnent envie de s'intéresser à eux. Sans compter un aspect ethnologique habilement mené et une découverte d'Omale qui continue dans la démesure et l'étonnement.

La Muraille Sainte d'Omale est une belle récompense à la hauteur du chemin parcouru jusqu'ici. Un tome qui redonne pleinement l'envie de poursuivre l'aventure omalienne.

D'autres avis : Gromovar, Tigger Lilly, Le chien critique, ...

Deuxième escale pour le Summer Star Wars - Solo

mardi 6 août 2019

Léo Henry - Pour toujours l'humanité

Pour toujours l'humanité, Léo Henry, 2016, 14 pages

Au détour d'une balade, la narratrice rencontre Michael Collins, héros de son enfance, le "troisième homme" de l'expédition Apollo 11. L'occasion de se remémorer cette mission.

Pour toujours l'humanité est une courte nouvelle qui repose sur deux idées. La première est une petite surprise à découvrir peu à peu, qui n'apporte pas de grands éclats mais n'est de toute manière pas présentée de manière à en provoquer. La seconde est une conclusion douce-amère sur les étoiles, les rêves et le temps qui passe. Un final qui vient quelque peu réhausser une nouvelle somme toute assez anecdotique, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme.

Nouvelle gracieusement offerte par le Bélial' jusqu'au 31 août.

mercredi 31 juillet 2019

Thomas Geha - Des Sorciers et des Hommes

Des Sorciers et des Hommes, Thomas Geha, 2018, 318 pages

Hent Guer est un guerrier, Pic Caram un sorcier. Extrêmement doués individuellement, chacun dans son domaine, ils forment ensemble un duo plus qu'efficace. Une alliance qu'ils mettent à disposition de quiconque proposera une récompense sonnante et trébuchante suffisante. En n'oubliant jamais qu'ils ne servent les intérêts que d'un seul maître : eux-mêmes.

Des Sorciers et des Hommes conte les aventures d'un duo de méchants. Pas de ces voleurs gouailleurs et sympathiques qu'on trouve parfois, non, de vrais méchants qui prennent plaisir à arnaquer, voler, tuer et autres joyeusetés. Si vous vous demandiez pourquoi on n'en voit pas plus souvent, une partie de la réponse est ici : on s'y attache quand même beaucoup moins. Heureusement pas au point de rendre déplaisants les cinq premiers épisodes de ce livre, cinq courtes histoires contant chacune une malfaisante aventure du duo.

Le sixième épisode est lui bien plus long et est la conclusion logique - trop logique - des cinq premiers. Passée la surprise initiale, tout y est trop linéaire, sans la fraicheur et la différence des aventures précédentes. Même le développement, attendu, de certains personnages et surtout de l'univers n'est pas si satisfaisant et ne rassasie pas.

Entendons-nous bien : Des Sorciers et des Hommes est loin d'être un mauvais livre, mais je n'ai pas trouvé ça assez plaisant à lire pour en être pleinement satisfait. Ma déception est d'autant plus grande que le roman et l'univers sont remplis de bonnes idées et de potentiel, mais malheureusement leur traitement ne m'a pas convaincu. Il n'en reste pas moins que Thomas Geha fait ici une vraie proposition, offre quelque chose de différent, et, cet aspect-là ne peut être que salué.

D'autres avis : Lune, Lorhkan, Célindanaé, ...

jeudi 25 juillet 2019

Jean-Laurent Del Socorro - Boudicca

Boudicca, Jean-Laurent Del Socorro, 2017, 251 pages

Boudicca est une biographie romancée, aux accents oniriques, de Boadicée, reine des Icènes, peuple du sud de l'actuelle Angleterre, au premier siècle. Jean-Laurent Del Socorro y brode une vie à son héroïne sur la base des maigres informations connues à son sujet, sans jamais tomber dans l'éloge ou la déification, Boudicca y apparaissant même parfois assez antipathique, notamment dans sa jeunesse.

Boudicca est un livre sans fioriture, qui va à l'essentiel en proposant un très bon équilibre des différentes parties. L'auteur dresse un portrait, tout autant humain qu'historique, d'une femme en lutte, contre l'envahisseur romain, contre un monde qui change mais aussi contre les mots, dits ou non-dits. Un double intérêt qui n'est pas sans rappeler Lavinia d'Ursula Le Guin, en plus actif. Une belle mise en lumière d'une période lointaine rendue intéressante et facile d'approche.