mardi 14 mai 2024

Stéphane Arnier - La Brume l'emportera

La Brume l'emportera, Stéphane Arnier, 2024, 364 pages

Depuis la fin de la guerre, huit ans auparavant, entre les Daks et les Ta’moaza, une brume monte inexorablement à la surface du monde, faisant disparaitre tout ce qu'elle engloutit. Keb est un berger Dak grimpant inlassablement de plus en plus haut pour échapper à la brume. Jusqu'au jour où il rencontre Maramazoe, une guerrière Ta’moaza qui semble avoir une piste sur l'origine de la brume et va l'entraîner dans sa quête pour la stopper.

Ces deux personnages, anciens ennemis qui vont peu à peu devenir amis, sont les piliers du roman. Leur dynamique est assez classique mais elle fonctionne parfaitement bien car, au-delà d'être extrêmement attachants et touchants, les deux ont des personnalités fortes, imparfaites et crédibles. Cette crédibilité se retrouve aussi chez les antagonistes qu'ils rencontrent, aux motifs plausibles et concevables.

C'est là que se trouve la vraie particularité de La Brume l'emportera, au-delà de son cadre : la crédibilité du problème induit par la brume et l'absence de bonne réponse évidente à y apporter. Tout le roman est une longue opposition entre deux points de vue compréhensibles. Et derrière ce questionnement concret sur les conséquences de la modification du passé se cache la véritable thématique du livre : le deuil. Je dis "se cache", mais elle ne se cache en fait pas vraiment. Elle est assez limpide à appréhender tout en étant parfaitement bien intégrée et en ne prenant jamais le pas sur le récit. Ni en étant pesante d'ailleurs, en tout cas pas au-delà de la bonne tension d'un roman.

Les personnages sont excellents. Le fond est excellent. Et l'histoire en elle-même ? Excellente, évidemment. C'est un récit prenant, avec des rebondissements et surprises bien dosées, qui garde ses concepts de "fantasy temporelle" toujours compréhensibles et très visuels. La Brume l'emportera est une réussite sur tous les aspects. C'est très bien dès le début, et ça ne cesse de s'améliorer. Jusqu'à une fin absolument parfaite, pleinement dans le ton de l'ensemble, vibrante et émouvante, et qui donne encore plus de sens à tout ce que l'on vient de lire. Kiza pe !

Couverture : Cyrielle Foucher
D'autres avis : L'ours inculte, Sometimes a book, Boudicca, ...

16 commentaires:

  1. Oh, merci beaucoup pour cette critique du roman ! 🙏

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Stéphane Arnier : Merci à vous de l'avoir écrit ! =D

      Supprimer
  2. Je le note.J’aime bien ce fonctionnement des personnages et leur questionnements,tels que tu les décrits.

    RépondreSupprimer
  3. Ca m'a l'air aussi excellent que pas pour moi... lol ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Maki : Libre à toi de ne pas vouloir lire un excellent livre.

      Supprimer
    2. Son excellence ne m'empêchera pas de m'ennuyer ou de ne pas aimer... ;-)
      Le problème n'est pas l'auteur mais le lecteur comme souvent d'ailleurs !

      Supprimer
    3. @Le Maki : Mais on ne peut jamais être sûr de ne pas aimer.

      Supprimer
  4. Ce roman me tente bien, je vois passer pas mal de bonnes critiques, et toi aussi tu l'as aimé ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @FeyGirl : Et même plus qu'aimé. Il faut que tu le tentes !

      Supprimer
  5. Ca ne m'attire pas des masses malgré tes impressions très positives. Mais de toute façon j'ai déjà trop de trucs à lire. Je vais surveiller du coin de l'œil tout de même. C'est le premier roman de l'auteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly : 😢
      C'est son premier roman dans une maison d'édition oui.

      Supprimer
  6. Je n'en ai jamais entendu parler, merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys : C'est une nouveauté, c'est assez normal. ^^

      Supprimer