dimanche 29 mars 2020

Ayerdhal - Demain, une oasis

Demain, une oasis, Ayerdhal, 1991, 245 pages

Haut fonctionnaire à l'Organisation Mondiale de l'Expansion Spatiale, le narrateur est un soir brusquement kidnappé. Après quelques jours de pérégrinations dans une semi-conscience, il se réveille au sein d'un petit village africain en plein milieu du désert. Médecin de formation, il se voit confier, sans autre explication, la responsabilité des soins des villageois.

Demain, une oasis est à l'image du début du roman : il donne des baffes. Il montre de plein fouet la misère d'un continent et, surtout, l'égoïsme des pays riches. Mais il le fait de manière très intelligente. Jamais culpabilisant - pas excessivement en tout cas, car coupable nous le sommes forcément - ou condescendant, il énonce juste lucidement des faits, des faits qu'il ne fait jamais de mal de rappeler. Le fond étant implacable, Ayerdhal s'attache ensuite plus sur la manière, sur l’inévitable combat de la fin et des moyens.

Si s'estomaquer de l'extrême pauvreté dans le monde est politique, alors oui, Demain, une oasis est un livre politique. Mais il est bien plus que ça. C'est un livre profondément humain qui s'attarde sur des individus concrets et qui garde toujours, au bout du chemin, l'idée d'un rêve, d'un espoir. Et qui n'oublie même pas d'être, en plus de tout ça, un thriller efficace aux personnages attachants. Une lecture nécessaire, un cri de détresse dans le désert.

Couverture : Olivier Fontvieille
D'autres avis : MarieJuliet, Lorhkan, Yogo, ...

20 commentaires:

  1. Un livre qui m'a marqué. Ecrit il y a 30 ans il n'a pas pris une ride (malheureusement !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Yogo : La première partie est particulièrement frappante. Et oui, malheureusement, comme tu dis...

      Supprimer
  2. C'est celui là que j'aurais du lire !
    Mais il est sur ma liseuse, c'est dèjà un début

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique : Certainement. Heureusement, il n'est pas encore trop tard. Et au moins tu verras une amélioration, c'est mieux dans ce sens. ^^

      Supprimer
  3. Voilà qui donne envie. Et comme je n'ai encore rien lu d'Ayerdhal, ça pourrait être une bonne amorce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @TmbM : C'est certainement dans le très haut du panier de l'auteur, et profondément lui il me semble. Ça serait donc en effet une bonne idée de le lire. ^^

      Supprimer
  4. C'est un roman superbe. J'aime beaucoup ce que fait Ayerdhal en général !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @shaya : J'ai déjà eu quelques petites déconvenues avec l'auteur, mais j'ai quand même envie de continuer à le découvrir, c'est une sacrée voix de l'imaginaire français.

      Supprimer
  5. J'avais pas trop accroché aux Ayerdhal que j'ai lu il y a fort longtemps, mais je me dis qu'il faudra que je retente un jour, la maturité, tout ça... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert : Oui, il faut retenter, je pense que ses thématiques peuvent plus facilement toucher en étant "adulte". Et celui-ci est un très bon candidat. ^^ Tu avais lu lesquels ?

      Supprimer
    2. Quelques nouvelles et les Chroniques d'un rêve enclavé je crois.

      Supprimer
    3. @Vert : Pas forcément le plus "grand public", même si je l'adore. Allez, on valide ça, tu liras de nouveau un Ayerdhal cette année. =P

      Supprimer
  6. Très envie de le lire ce livre. Comme d'hab : faut trouver le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly : En plus je pense que ça a de bonnes chances de te plaire. Un jour. ;)

      Supprimer
  7. Pas sûre qu'Ayerdhal soit ma came (enfin, pour être honnête, je suis sûre que ce ne l'est pas ^^) mais je note ton avis positif. Je lui donnerai peut-être un jour sa chance en occasion. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys : Faut pas se forcer si tu es globalement sûre que ça ne te plaira pas - pourquoi penses-tu cela d'ailleurs ? - il y a déjà tant à lire, autant se concentrer sur les bonnes lectures potentielles. ^^

      Supprimer
    2. Je pense que ce sera trop politique. Plus précisément: d'un politique revendicateur qui me semble surtout prendre la pose pour montrer combien la personne s'exprimant est plus éveillée, mieux informées, moins naïve que toi, pauvre mortel aveuglé par le système. Je suis submergée de ça sur les réseaux sociaux et je ne le supporte plus. Ensuite je suis consciente que je juge sans avoir lu, peut-être qu'Ayerdhal est en réalité beaucoup plus fin que ça. D'où mon idée que si, un jour, je trouve un bouquin de lui sur mon chemin, genre dans une boîte à livres, je lui donnerai tout de même une chance. Mais je n'irai pas *acheter* un livre de lui. Tu vois? :D

      Supprimer
    3. @Alys : Je comprends parfaitement. Pour le coup Ayerdhal est en effet plus subtil et évite cet écueil, en réussissant à aller au-delà de ça et en évoquant même ce problème - je pensais avoir justement noté une citation sur le sujet, mais à priori non, mince.
      Je ne peux pas dire pour autant que tu l'apprécieras, ça reste, surtout dans la première partie, une lecture dure en ce sens, ça met bien les pieds dans le plat.

      Supprimer
  8. en mai 2019, tu me disais en com de mon bref avis qu'il fallait que tu lises Ayerdhal et ce titre, voilà tu l'as fait \o/ Heureuse de lire qu'il t'a fait le même effet qu'à moi, aka "pan une bonne claque". Pour moi Ayerdhal n'est pas un sermonneur, un donneur de leçon, c'est un éveilleur de conscience et c'est ce que j'apprécie dans ses romans, il me fait réfléchir.
    Ici on est à la fois dans une pensée très réaliste et proche d'une triste réalité et dans une autre assez utopiste dans ce qu'elle imagine.
    Bref, Ayerdhal c'est bon! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @itenarasa : J'essaye de ne pas faire que semblant de m'intéresser aux avis que je lis. =P Merci à toi (ainsi qu'à MJ et M.Lhisbei) pour m'avoir poussé à le lire. ^^
      Complètement d'accord avec toi sur ce que tu dis d'Ayerdhal, c'est exactement ça.

      Supprimer