jeudi 5 mai 2022

Emmanuel Chastellière - Ammuin Karhua

Ammuin Karhua, Emmanuel Chastellière, 2022, 39 pages

Ammuin Karhua est une nouvelle se déroulant dans Célestopol, cette grande cité lunaire au centre de deux très bon recueils : Célestopol et Célestopol 1922. C'est cette fois en 1923 que se déroule l'action. Irina travaille aux Galeries Sabline, un grand magasin de la ville. Douée dans son travail au point de s'y voir proposer des responsabilités, Irina préfère pourtant rester deux petites mains anonymes et conserver sa solitude. Mais sa rencontre avec Anna, une jeune collègue, pourrait bien raviver un passé qu'elle cherche à oublier.
« Il s’agissait sans doute de l’un des seuls bâtiments de Célestopol où le verre supplantait la pierre, si l’on mettait de côté l’incroyable coupole qui protégeait la cité tout entière des affres du vide éternel. Les grands magasins demeuraient rares sur la Lune. »
Emmanuel Chastellière a écrit Ammuin Karhua en réaction à l'invasion russe en Ukraine. Les sommes perçues à l'achat de cette nouvelle (ici) sont d'ailleurs reversées par l'auteur à la Croix-Rouge pour soutenir son action dans le pays. Les échos de cette invasion sont évidemment flagrants à travers le texte, qui traite de guerre, de réfugiés mais surtout du poids du passé et de résilience.

Ammuin Karhua est une très bonne nouvelle, touchante, évocatrice et pleinement dans l'esprit habituel de Célestopol. Ce qui est d'autant plus admirable, c'est qu'elle n'est pas 'juste' un texte d'actualité. C'est un récit qui développe toujours plus l'univers, en présentant un nouvel espace, le grand magasin, et en développant la thématique de la religion. Mais surtout, c'est un texte qui serait tout aussi bon sans avoir à l'esprit les conditions qui ont procédé à son écriture. De là à en faire une porte d'entrée pour celleux qui ne connaissent pas encore l'extraordinaire cité lunaire ? À vous d'essayer, c'est pour la bonne cause : Ammuin Karhua.

18 commentaires:

  1. J'ai vu passer ça. Je devrais l'acheter, pour la bonne cause et aussi parce que Célestopol ne m'attire pas mais comme tout le monde en dit du bien, je me ferais enfin une idée.
    On verra ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly : C'est difficile de savoir ce que ça vaut en tant que découverte de l'univers, s'il y a suffisamment d'éléments, vu que j'y suis déjà habitué. Mais je crois que c'est dans tous les cas un bon texte, même hors contexte, donc ça peut vraiment être la bonne occasion.

      Supprimer
  2. Quelle que soit la raison, moi ça me va. :)

    RépondreSupprimer
  3. "Il faut tellllllleeeeeeeement que je lise Célestopol", sanglota, une fois de plus, la jeune femme qui ne lisait pas assez. 😶

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys : *insérez ici le couplet habituel sur le fait qu'une nouvelle c'est un moyen très rapide de découvrir un auteur/univers*

      Supprimer
    2. @Baroona: "Mais telllement", sanglota la jeune femme en regardant le fichier de Je vous ai donné toute herbe, qu'elle avait téléchargé quelque temps auparavant et qu'elle doutait de lire un jour.
      Bon, en vrai, c'est bête que j'aie oublié de me prendre Célestopol quand j'ai commandé chez Scylla le mois dernier. En plus l'auteur est sympa, il met toujours des mots gentils.

      Supprimer
    3. Oui, il est plutôt sympa !

      Supprimer
    4. @Alys : Donc tu comptais lire un recueil, mais tu ne peux pas lire une - ou deux - nouvelles ? 🤔😇

      Supprimer
    5. @Baroona: Mais... le recueil il existe en papier... Ça change tout... Un fichier, c'est comme Je vous ai donné toute herbe... Ça accumule la poussière numérique... D'où la référence à ce texte-là...
      @Emmanuel: 😊

      Supprimer
  4. Je me suis procurée cette nouvelle comme une évidence et j'ai hâte de lui consacrer un peu de temps. En tout cas, même si je ne doutais pas de sa qualité, ton avis m'impatiente de la lire

    RépondreSupprimer