vendredi 25 octobre 2019

Lucius Shepard - Les Attracteurs de Rose Street

Les Attracteurs de Rose Street, Lucius Shepard, 2011, 129 pages

Dans le quartier malfamé de Saint Nichol, à Londres, Jeffrey Richmond cherche à améliorer la qualité de l'air. Ses expérimentations l'amènent à créer une machine qui attire les fantômes, et notamment sa sœur mystérieusement décédée quelques années auparavant. Il engage Samuel Prothero, médecin aliéniste, pour élucider ces étrangetés.

Les Attracteurs de Rose Street est une novella où il ne se passe rien, ou presque. Quasi-huis clos à cinq personnages, le récit parait se dérouler un peu trop vite, trop simplement, tout en étant sensiblement confus et flou dans ses parties plus fantastiques.

Et pourtant, cela se lit tout seul. En majeure partie - si ce n'est en totalité - grâce à la plume de Lucius Shepard. Sans grandiloquence, sans passages fascinants, sans envie de citations toutes les 3 pages - si ce n'est la conclusion, très belle -, le texte sonne juste à tout instant, est parfaitement efficace et pose une forte ambiance, très visuelle, en peu de mots.

Par Griaule, il ne manquait qu'un peu de flamboyance dans l'intrigue pour vraiment en faire une bonne novella. Et dans le même temps, n'est-ce pas l'hommage le plus juste à la désuétude d'un certain fantastique ?

22 commentaires:

  1. Effectivement, un peu plus de flamboyance ne m'aurait pas déplue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82 : Pour la flamboyance, il faut aller voir du côté de Griaule. =P

      Supprimer
    2. lu, Griaule. ET c'est peut-être pourquoi, celle novella n'a pas eu plus de succès chez moi...

      Supprimer
    3. @lutin82 : Ça peut jouer en effet. ^^

      Supprimer
  2. Transporté par l'écriture moins par l'intrigue est aussi mon ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Yogo : Je crois que ça fait globalement l'unanimité dans ce sens. C'est dire la qualité d'écriture de Shepard !

      Supprimer
  3. Si Griaule te tombe pas dessus parce que tu as écorché le prénom de l'auteur dans ton titre... merci tu m'as bien fait rire sans le vouloir :D
    Et sinon très chouette novella, j'avais beaucoup aimé pour ma part cette manière de revisiter l'époque et son style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert : Quel plaisantin ce Griaule. À moins qu'il ne cherche à nous faire passer un message ? Les voies de Griaule sont impénétrables. Mais foutu correcteur automatique quand même.
      Oui, un bel exercice de style de cette chère Lucie. ^^

      Supprimer
  4. En gros il aurait fallu Griaule dans cette novella ? J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly : Avec Griaule tout est meilleur. Mais j'ai dans l'idée que Griaule est malin : il a permis à Lucius Shepard d'écrire d'autres textes, moins bon pour ne pas déprécier Son grand œuvre, mais juste assez bons pour les apprécier et donner envie d'en lire d'autres - dont le fameux chef-d'oeuvre.

      Supprimer
  5. Moi je lis "médecin aliéniste" et je suis conquise ^^
    (il m'en faut peu?)

    Et j'aime bien quand dans un avis, il ressort que l'écriture est un point fort. Cela éveille aussi ma curiosité et envie de lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @itenarasa : Ce n'est pas commun en tout cas, mais tant mieux, toutes les raisons sont bonnes. ^^
      Si tu aimes les belles écritures, Lucius Shepard est pour toi, il est vraiment réputé pour ça. T'ai-je déjà parlé du "Dragon Griaule" ? O=)

      Supprimer
    2. J'ai cru voir passer une vague histoire de Griaule sur le Discord, mais comme je ne suis pas très attentive en ce moment, pas sûre d'avoir tout saisi à son sujet :p

      Je vais voir si je me laisse tenter aux Utos par cette collection ^^

      Supprimer
    3. @itenarasa : Je garde précieusement ton message pour le jour où quelqu'un viendra me dire que je commence à être lourd à toujours parler de Griaule, en preuve que je n'en parle pas encore assez. =P
      Il paraît que les tentations sont grandes aux Utopiales. Au moins les UHL ne sont pas très lourds - alors qu'il faut admettre que "Le Dragon Griaule" pèse son poids. Si jamais tu prends et apprécies "Les Attracteurs...", je reviendrai ensuite te parler de Griaule. =P

      Supprimer
  6. Bon, bon, il faut que je la lise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys : N'oublie pas que c'est une novella, ça se lit vite... et ça donne du coup l'impression d'avancer plus vite dans cette interminable liste de livres à lire. ^^

      Supprimer
  7. J'avais bien aimé aussi, et j'en arrivais à la même conclusion que toi (mais en mode sceptique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique : C'est ton côté cabot ça, moi je vois le verre - ou la gamelle, te concernant - à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

      Supprimer
  8. Je crois que je vais en rester au Dragon Griaule.

    RépondreSupprimer
  9. Novella que j'ai adoré, pas besoin de plus flamboyance pour moi. Serais-je donc désuète ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @shaya : Mais non ! Et puis la désuétude ça se rapproche de la mode, et comme la mode forme un cercle où le passé est aussi le futur, au pire tu serais seulement en avance sur ton temps. =P

      Supprimer