dimanche 14 juillet 2019

Stefan Wul - Niourk

Niourk, Stefan Wul, 1957, 258 pages

Une Terre future, post-apocalyptique, où les océans se sont asséchés. Une tribu revenue à un stade primitif vit dans l'ancienne mer des Caraïbes, entre Cuba, Haïti et la Jamaïque, en chassant des chiens sauvages. En son sein demeure un enfant noir, maltraité par tous jusqu'à être condamné à mort par le Vieux, sorcier et chef du clan. Sa survie ne pourra venir que de la fuite et de l'exploration du "monde des Dieux".

Niourk est un roman régulièrement édité dans des collections jeunesse. Cela s'explique aisément par le style d'écriture, fait de phrases et de chapitres courts dans une narration très simple, sans fioriture. Mais cela ne doit pas pour autant vous tromper : Niourk n'est pas une gentille petite histoire de bisounours. Au contraire, c'est un récit dur et violent, heureusement quelque peu désamorcé par une narration qui présente tout cela "en toute normalité".

Niourk est un roman simple qui va à l'essentiel et ne s'embarrasse pas de trop d'explications - voire pas du tout dans la dernière partie où, sans transition, tout part un peu en cacahuètes. C'est tout autant une qualité qu'un défaut, selon ce qu'on en attend. Il manquera certainement de contexte et de développement pour le lecteur aguerri et pour être réellement marquant. Mais - et c'est là que l'aspect jeunesse est flagrant - si on y recherche juste une courte aventure étonnante, Niourk saura se montrer satisfaisant.

12 commentaires:

  1. Jamais lu du Stefan Wul, ce que tu en dis ne me donne pas très envie de combler mes lacunes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique : Celui-ci n'est en tout cas pas indispensable, je te l'accorde.

      Supprimer
  2. J'avais lu Noô du même auteur étant jeune, j'avais vraiment bien kiffé. Je me suis dit qu'il faudrait que j'en lise d'autres de l'auteur ce que je n'ai évidemment pas fait. Par contre j'ai vu le dessin animé La planète sauvage qui est une adaptation libre de Oms et ça c'était vachement bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly : Je pense que celui-ci peut aussi être assez dingue à lire en étant jeune. Mais pas sûr de tenter autre chose de l'auteur maintenant...

      Supprimer
  3. Lu y'a longtemps, j'avais bien aimé même si j'ai tout oublié. Nôo était intéressant aussi même si je crois avoir décroché sur la fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert : Stefan Wul avait-il un problème avec les fins ? Parce que la dernière partie est ici bien étrange et a de quoi faire décrocher. ^^'

      Supprimer
  4. Lu et oublié aussi, mais j'ai gardé le souvenir d'un chouette roman pour enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @shaya : L'oubli, la malédiction des vieilles lectures jeunesse. ^^

      Supprimer
  5. Je pense que je vais passer mon chemin pour ce titre. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Yuyine : Je pense que tu peux en effet t'en passer sans regret, il y a plus marquant à lire ailleurs. ^^

      Supprimer
  6. Le titre me dit trèèèès vaguement quelque chose. Se pourrait-il que je l'ai lu il y a fort fort longtemps? Si c'est le cas, totalement oublié comme beaucoup de mes anciennes lectures...

    En attendant, y a Mowgli et Baloo égarés sur la couverture :p

    Je note que c'est encore un roman sans fioritures :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @itenarasa : Déjà que les lectures récentes disparaissent parfois assez rapidement de l'esprit, alors les très anciennes...
      Bien vu pour Mowgli, c'est vrai qu'il y a un air. Par contre Baloo me semblait plus sympa que ça dans mon souvenir. =P
      Et cesse d'enchaîner la lecture de mes billets, sinon tu vas finir par repérer que je dis toujours la même chose. =P

      Supprimer