vendredi 17 janvier 2014

Barry Hughart - La Magnificence des oiseaux

Fiche technique :

Titre : La Magnificence des oiseaux
Auteur : Barry Hughart
Date de première publication : 1984
Nombre de pages : 343
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : Les Aventures de Maître Li et Boeuf numéro Dix
Tome : 1/3

Quatrième de couverture :

Pour lutter contre une épidémie pour le moins singulière - puisqu'elle sait compter et ne touche que les enfants de son village - Boeuf Numéro Dix se rend à Pékin le jour de son dix-neuvième anniversaire. Là, il rencontre un vieil alcoolique, un sage qui bien des années auparavant fut célèbre sous le nom de Maître Li. De retour au village de Kou-Fou, tous deux découvrent sans mal que Fang le prêteur sur gage et Ma le Grigou ont empoisonné les enfants par erreur. Les deux coupables ont pris la fuite, mais il reste à guérir les enfants... Ainsi commence la première enquête de Bœuf Numéro Dix et Maître Li, dans une Chine qui ne fut jamais, où la recherche de la Grande Racine de Pouvoir les conduira à briser la terrible malédiction qui pèse sur la princesse aux oiseaux...

Mon avis :

   Illusion d'optique ou non, j'ai eu l'impression de voir récemment de nombreuses chroniques de La Magnificence des oiseaux, un livre qui n'est pourtant pas vraiment récent, lui. En tout cas, cela a suffi pour attiser ma curiosité. Il ne manquait plus que le Winter Mythic Fiction pour me donner le déclic.

   L'idée semblait bonne : des aventures au parfum d'enquêtes dans une Chine ancienne et mythologique. Je ne peux pas critiquer cela, c'est une plutôt bonne définition de ce que l'on trouve, surtout l'aspect vieille Chine, peut-être complètement cliché (surtout au niveau des noms) mais qui crée l'ambiance voulue.

   Ma prochaine phrase ne va peut-être pas vouloir dire grand chose, mais elle résume bien dans mon esprit ce que j'ai ressenti. J'ai eu l'impression d'obtenir plein de réponses mais sans jamais avoir les questions. Tout s’enchaîne assez vite, sans comprendre vraiment pourquoi. Les scènes "d'action" ne m'ont pas été du tout visuelles, trop brouillonnes et fouillis.

   Beaucoup ont loué l'humour du récit. Je n'en ai absolument pas trouvé trace. Je peux à la rigueur comprendre qu'il se situe dans la répétition des scènes (que j'ai mis plus de 200 pages à remarquer) et dans certaines situations. Mais ça ne m'a rien fait. Il n'y avait pas assez de décalage entre l'improbabilité et l'histoire, cela restait juste improbable et bizarre.

   J'ai réalisé une chose après plus de 250 pages de lecture. Ce livre s'apparente en fait à une pièce de théâtre, dans la manière dont les personnages et les retournements de situation sont utilisés. Un vaudeville un peu trop grotesque pour être drôle ?

   Je suis vraiment embêté de n'avoir pas apprécié tant j'ai lu des critiques positives. La fin remonte un peu le niveau général, mais ce n'est pas suffisant. Je suis passé à côté et je ne suis toujours pas sûr de savoir pourquoi.

Deuxième participation au Winter Mythic Fiction.

Lire aussi les avis de BlackWolf, Endea, et d'autres que je ne retrouve pas...

Conclusion :

3/5 : À la rigueur parce que beaucoup ont trouvé ça bien.

10 commentaires:

Lorhkan a dit…

Non rassure-toi, tu n'es pas seul !
Je n'ai pas accroché non plus à ce roman, lu pendant ce qui ressemble à une panne de lecture, ce qui n'a sans doute pas aidé...
Je suis moi aussi passé au travers ! Chronique bientôt (déjà écrite mais j'ai de l'avance, youhou, ce n'est pas si courant !^^).

Baroona a dit…

Ce n'est pas vraiment une bonne nouvelle pour toi, mais je suis content quand même, ça me rassure =P
Sinon, je remarque qu'on a pas mal de lectures communes en ce moment, c'est fou =O

Vert a dit…

Tu en attendant peut-être beaucoup à cause des multiples chroniques (dues à la réédition poche qui semble cartonner ^^) ?
En tout cas moi j'en garde un bon (lointain) souvenir en tout cas, je me suis promise de lire la suite un jour d'ailleurs.

Baroona a dit…

Je ne crois pas, je n'étais pas tenté plus que ça, une intuition négative. Je me disais juste : "si tout le monde aime, pourquoi pas moi ?". Eh bien, raté.
Du coup, pour moi, la suite ce n'est pas vraiment au programme ^^

Acr0 a dit…

Non ce n'est pas une illusion d'optique ;) J'en ai lues quelques unes. Il faut encore que je le chronique moi aussi... " J'ai eu l'impression d'obtenir plein de réponses mais sans jamais avoir les questions. " oh, c'est très juste ! J'ai bien aimé aussi, c'est très théâtral (effectivement). J'ai ressenti quelques répétitions, mais rien de dramatique. Mais rien ne sera égalé L'agneau de Moore ;)

Baroona a dit…

Content que tu aies plus apprécié que moi. Je lirai ta chronique avec plaisir.
Et il n'y pas photo, l'agneau dévore l'oiseau ! =D

Karine:) a dit…

Moi j'ai bien aimé... mais j'adore ta réflexion... plein de réponses et pas vraiment de questions. Sauf que j'ai aimé me laisser balader dans ce grand n'importe quoi. Du coup, ça m'a plu. Et oui, les billets sont probablement dus à la sortie chez Folio SF.

Baroona a dit…

Habituellement j'aime bien aussi ce qui part un peu dans tous les sens, mais là inexplicablement cela n'a pas voulu =(
Je peux par contre comprendre qu'on puisse se laisser emporter, ravi que cela ait été le cas pour toi. =)

Endea a dit…

Pour ma part je l'ai lu sans trop de soucis, car je l'ai trouvé agréable, pour autant il n'est pas transcendent et je ne pense pas que j'en garderai beaucoup de souvenirs, alors je comprends tout à fait ta chronique. Il y a de bonnes choses mais d'autres moins intéressantes.

Baroona a dit…

J'ai bien saisi le côté non transcendant, mais je crois qu'il m'a manqué le côté agréable... ^^
La finalité est la même : il risque aussi de se perdre dans les méandres de ma mémoire.