dimanche 13 octobre 2013

Eoin Colfer - Prise directe

Fiche technique :

Titre : Prise directe
Auteur : Eoin Colfer
Date de première publication : 2011
Nombre de pages : 309
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : Daniel McEvoy
Tome : 1/?

Quatrième de couverture :

« Je serai heureux quand j'aurai des cheveux! » Voilà ce que pense l'ex-casque bleu irlandais Daniel McEvoy, désormais portier dans un casino miteux du New Jersey. Sa morne existence se résume à gérer les clients difficiles, à supporter les crises psychotiques de sa voisine, et à lutter contre l'alopécie. Jusqu'au jour où non seulement son meilleur ami, l'inquiétant docteur Zeb Kronski, disparaît mystérieusement, mais également l'hôtesse qu'il a aimée, assassinée d'une balle dans la tête.
Accusé d'un crime qu'il n'a pas commis, Dan se retrouve pris dans un engrenage où sa seule alliée est une policière tueuse de flics, et son pire ennemi, l'impitoyable trafiquant Mike Madden. Il comprend alors que son combat contre la chute des cheveux est le cadet de ses soucis.

Mon avis :

   Eoin Colfer est l'auteur d'Artemis Fowl, ainsi que du sixième tome de la trilogie en cinq volumes H2G2 (vous avez assez de chiffres, hein ?). Mais j'ai découvert complètement par hasard qu'il écrivait aussi des polars, dont Prise Directe que j'ai essayé sans hésiter.

   Vu que je vais le faire à un moment ou à un autre, autant faire tout de suite référence à Harlan Coben et son Myron Bolitar. À la fois pour le type de personnage, un ex-FBI et un ex-casque bleu rangés dont le passé castagneur revient à la charge, que pour le style d'écriture. En effet, la narration est simple, basée en très grande partie sur les actions et les dialogues, ce qui donne une grande fluidité.

   Et puis l'humour est grandement présent dans les deux cas. Mais si Myron doit son amusement quasi-exclusivement à ses réparties suicidaires, Dan s'offre une palette un peu plus large et dotée d'un peu plus de réflexion. Autant dire que c'est encore mieux !

   Concernant l'histoire en elle-même, on suit Daniel McEvoy qui perd son amie et son docteur, et se retrouve en quête de réponses, en parcourant une palette de personnages tous plus tordus les uns que les autres. C'est un polar très honorable avec une histoire prenante et qui tient la route, avec son lot d'actions survitaminées, servi par un personnage principal sympathique et drôle. Et même si ce roman peut se suffire à lui-même, une suite est sortie en VO en mai dernier : Screwed. Vivement la VF !

Conclusion :

4/5 : À lire pour un polar débridé et drôle.

Plug In Baby by Muse on Grooveshark
Parce que le titre VO est Plugged...

2 commentaires:

Vert a dit…

Tiens je savais pas qu'il écrivait aussi des polars ce cher Eoin. Ca a l'air bien sympa, faudrait que je le trouve à la bibliothèque.

Baroona a dit…

Je te le souhaite, un bon moment à passer en prévision. =)