mardi 25 novembre 2014

Stefan Platteau - Manesh

Manesh, Stefan Platteau, Tome 1/3 de "Les Sentiers des astres", 2014, 460 pages.

Deux gabarres, transportant une vingtaine de guerriers, remontent un fleuve en quête du Roi-diseur, un oracle qui pourrait changer le cours de la guerre. Sur le chemin, elles secourent un homme qui se fait appeler "Le Bâtard". Il est confié au Barde, qui doit lui soutirer son histoire.

Deux fils narratifs s'entrecroisent. Celui du Barde, qui conte le présent de l'intrigue et l'avancée des gabarres. Celui du Bâtard, son histoire personnelle et le pourquoi de son errement au fil de l'eau. Mais plus que deux récits qui s'affrontent, se rythment et jouent au ping-pong, cette double narration offre une découverte plus ample de l'univers si particulier de Manesh par deux regards bien différents.

Car si l'intrigue est forcément une chose importante, elle est ici limitée et seulement d'une importance secondaire. Ce qui étonne et captive dans Manesh, c'est cet arrière-plan fouillé et débordant d'informations à digérer. Un peu trop. Entre les conflits et rivalités bien réelles des humains et les présences brumeuses des Dieux et autres puissances supérieures et mythiques, il est difficile d'avoir une vision précise du tableau présenté par Stefan Platteau.

Un livre compliqué à maîtriser donc. Et ce malgré sa longueur, un beau pavé de près de 500 pages, dont on sort en commençant tout juste à avoir l'impression de comprendre ce qui se trame. Entre temps, on l'aura justement trouvé un peu long (le temps), l'univers foisonnant ne suffisant pas à garder l'intérêt d'une histoire en manquant sensiblement.

Si Manesh n'est qu'une introduction à la suite de la trilogie, c'est une introduction un peu longue, dont j'ai peur (voire la certitude) d'oublier les informations essentielles avant que le deuxième tome n'arrive. Pourtant, tout n'est pas à jeter dans ce livre qui comporte quelques qualités, notamment une ambiance forte pouvant sans mal évoquer des tas de récits mythiques, L'Odyssée d'Homère en tête.

L'avis bien plus enthousiaste de Julien.

Cinquième participation au Challenge Francofou

6 commentaires:

Kissifrott a dit…

il est dans ma pile, j'essaierais de le lire prochainement malgré ton avis qui me conforte dans l'a priori que j'avais :-/

Herbefol a dit…

Un avis qui me pousse sensiblement à ne pas lire l'ouvrage en question, vu que les défauts que tu pointes sont justement du genre qui m'agace pas mal ces derniers temps. :-)
(et je me dis par comparaison que Steven Erikson a vraiment compris qu'il ne faut pas oublier de raconter une histoire)

Lorhkan a dit…

Moi ça me tente toujours !
C'est dans mes prochaines lectures. :)

Baroona a dit…

@Kissifrott -> Je te souhaite une bonne surprise. C'est loin d'être impossible, la plupart des lecteurs semblent conquis. ^^

@Herbefol -> Effectivement, je pense que ce roman n'est pas forcément pour toi. =P

@Lorhkan -> Bonne lecture alors ! =)

Vert a dit…

A emprunter à la bibliothèque de préférence quand la suite est sortie, c'est ça ? ^^

Baroona a dit…

Cela peut effectivement, selon moi, attendre le deuxième tome avant d'éventuellement se lancer. ;)