jeudi 27 octobre 2016

Laurent Kloetzer - Vostok

Vostok, Laurent Kloetzer, 2016, 421 pages.

Station scientifique russe située au pôle sud géomagnétique - la plus isolée de tout l'Antarctique - Vostok est la preuve qu'il n'y a pas toujours besoin de changer de planète pour découvrir un autre monde. Endroit inhospitalier par excellence, ses plaines blanches à perte de vue - quand la vue n'est pas brouillée par les tempêtes - peuvent faire rêver mais n'ont rien d'une partie de plaisir.

C'est pourtant là qu'une poignée de personnages, menée par la jeune Léo, doit se rendre pour percer les mystères du lac Vostok, le lac le plus austral de la Terre, situé juste sous la base. Roman aux pointes de science-fiction, Vostok est surtout un thriller palpitant dans un cadre somptueux.

Si la quatrième de couverture argue l'utilisation du même univers qu'Anamnèse de Lady Star, précédente oeuvre de L.L. Kloetzer, les liens ne sont que minimes. Chacun peut se lire de manière totalement indépendante mais, surtout, leurs écritures sont parfaitement différentes. Là où Anamnèse était un récit ardu, voire obscur, mais hypnotisant dans son ingéniosité, Vostok est lui bien plus classique, avec une chronologie limpide et une lecture fluide. La comparaison est donc impossible mais la conclusion évidente : les deux oeuvres sont excellentes.

Le seul défaut de Vostok est peut-être le caractère si incroyable de cette expédition, préparée relativement rapidement. "Est-ce vraiment possible, surtout pour une si jeune fille ?". Malgré tout, c'est seulement après coup, et après réflexion, que le problème se pose. Car pendant la lecture, tout suit son cours logiquement, sans répit et sans envie de lâcher le livre.

En résumé, Vostok allie un cadre unique et superbe, une histoire forte, un mystère passionnant, une base historique qui donne envie d'en apprendre plus et un rythme maitrisé à la perfection. Faut-il vraiment encore d'autres raisons pour vous donner envie de le lire ?

6 commentaires:

Acr0 a dit…

C'est vrai qu'une telle expédition, que ce soit l'aspect temporel d'organisation ou de réunion de matériel est un peu suspicieux mais rien qui n'a entaché ma lecture.

Xapur a dit…

Un très bon moment bien dépaysant !

Baroona a dit…

@AcrO : Oui, c'est vraiment seulement après coup que quelques questions se posent. Mais c'est là aussi la qualité d'un grand roman : réussir à préserver notre suspension d'incrédulité.

@Xapur : Dépaysant, c'est le mot !

Vert a dit…

Un beau voyage, même si j'ai pas tout compris à la fin ^^.

Ksidraconis a dit…

Je pense que je vais bientôt le sortir de la bibliothèque celui-là ! En tous cas, ça me paraît la bonne saison pour le lire ;-)

Baroona a dit…

@Vert : Un peu nébuleux sur la fin oui, mais ça n'entache rien. Et puis, pour une fois qu'avec l'auteur ce n'est qu'à la fin... ^^

@Ksidraconis : C'est effectivement la bonne saison pour être dans l'ambiance, c'est certain, même s'il fait encore beaucoup trop chaud =P