jeudi 11 décembre 2014

Laurent Whale - Les Étoiles s'en balancent

Les Étoiles s'en balancent, Laurent Whale, 2011, 397 pages.

En cette fin de XXIème siècle, la France a changé. L'État s'est effondré, la misère est partout. Les Villes-États font la loi et la population se divise entre citadins pauvres et hors-murs encore plus miséreux. Ambiance post-apocalypse light. À Pontault, Tom Costa pilote l'un des rares avions encore en état et parvient ainsi à assurer sa survie. Mais dans le nord, la révolte gronde et une vague noire s'apprête à chambouler sa vie.

Une fois n'est pas coutume, commençons par une comparaison. Vous avez lu l'intégrale Alone de Thomas Geha ? Si vous avez aimé l'un, vous risquez d'apprécier l'autre. Je ne dis pas ça parce que les deux ont des références à L'Autoroute sauvage de Julia Verlanger sur leurs quatrièmes de couverture. Mais bien parce que nous sommes vraiment dans un même genre de livre, le pur roman d'action/aventure, qui plus est dans un cadre post-apocalyptique français.

Malheureusement, j'ai les mêmes réserves concernant Les Étoiles s'en balancent que celles que j'avais pour l'oeuvre de Thomas Geha. Les ficelles sont grosses, le déroulé est assez attendu, l'ensemble est un peu caricatural et s'offre quelques belles facilités. Je ne suis pas contre des romans "simples", bien plus porté sur l'action que sur la réflexion, mais je n'arrive pas à y accrocher pendant près de 400 pages. Au bout d'un moment, c'est trop répétitif et cela perd son intérêt premier de divertissement.

Je ne nierai pas que le roman comporte tout de même des qualités qui en font un bel exemple (et un potentiel hommage) de roman populaire. On découvre des personnages sympathiques et l'enchaînement des situations est fluide et dynamique. Surtout, la mise en scène du monde aéronautique apporte quelque chose de nouveau et de particulier à ce roman.

Si je n'ai pas pleinement apprécié Les Étoiles s'en balancent, c'est principalement parce que je ne suis pas la cible de ce roman. Malgré cela, j'ai tout de même passé un relatif bon moment et je pense avoir vu ce qui en faisait un bon roman pour d'autres lecteurs. Si vous appréciez le genre, il y a des chances que vous puissiez y trouver votre bonheur.


Huitième participation au Challenge Francofou

3 commentaires:

Xapur a dit…

Moi je l'ai trouvé bien sympa, sans trop de surprises c'est vrai, mais divertissant.

Doris Facciolo a dit…

Moi aussi j'ai bien aimé. Mais je l'ai lu à un moment propice où j'avais besoin d'un livre "pas prise de tête".
J'ai la suite qui me fait de l'oeil depuis ma PAL.

Baroona a dit…

@Xapur -> C'était mon avis sur la première partie. Mais sur le long terme, cela s'essouffle...

@Doris -> C'est effectivement garanti "sans prise de tête". ^^
La suite est loin d'être une priorité pour ma part.