samedi 19 juillet 2014

Pierre Bottero - Les Limites obscures de la magie

Fiche technique :

Titre : Les limites obscures de la magie
Auteur : Pierre Bottero
Date de première publication : 2010
Nombre de pages : 187
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

Série : A comme Association
Tome : 2/8

Quatrième de couverture :

Elle s'appelle Ombe, est lycéenne à Paris et adore la moto. Elle a aussi l'incroyable pouvoir d'être incassable ou presque. C'est pourquoi L'Association l'a recrutée comme agent stagiaire. Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués en explosant une bande de gobelins devant tous ses camarades de classe. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L'Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer tête baissée, Ombe l'incassable risque fort de comprendre ce que « ou presque » veut dire.

Mon avis :

   Les Limites obscures de la magie est le deuxième tome de la série A comme Association. Le premier écrit par Pierre Bottero et donc le premier à avoir pour narratrice Ombe.

   Si l'on caricature Jasper, le héros d'Erik L'Homme, comme un garçon axé sur l'intellect, que ce soit par ses blagues ou son utilisation de la magie, Ombe pourrait être tout son contraire, une fille pour qui la force physique est son atout principal. Car, quasiment allergique à la sorcellerie, Ombe compte sur ses caractéristiques corporelles hors du commun - elle est presque incassable - pour régler ses problèmes avec un solutions simples : des baffes.

   Bien que les différences des deux héros s'expriment dans leurs narrations, l'écriture repose dans les deux cas sur des ressorts communs. Ainsi, la narration d'Ombe est très orale, pleine d'apartés et de remarques, impliquant le lecteur et offrant une lecture très facile (et même encore plus).

   Ce deuxième tome, bien qu'étant comme une deuxième introduction par la découverte d'une nouvelle héroïne, repose les bases sans jamais être redondant. Mieux, on y découvre agréablement le deuxième moitié des quelques péripéties impliquant les deux personnages.

   Étonnamment, bien qu'Ombe soit plus un personnage d'action et que le roman soit un peu plus long, j'ai trouvé que Les Limites obscures de la magie comportait une intrigue moins importante, plus vite expédiée et avec moins de scènes d'actions que La pâle lumière des ténèbres. Ce qui n'enlève en rien à sa qualité et au plaisir pris à sa lecture.

2 commentaires:

Vert a dit…

Et voilà t'es foutu, tu vas devoir tout lire maintenant !

Baroona a dit…

Et avec joie !