jeudi 27 mars 2014

Loïc Le Borgne - Sur le flanc de la froide colline

Fiche technique :

Titre : Sur le flanc de la froide colline
Auteur : Loïc Le Borgne
Date de première publication : 2014
Nombre de pages : 22 (pdf)
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Des années après la Panique, cette sombre période qui a balayé la civilisation, un homme vit reclus sur la montagne. De loin, il contemple les réfugiés s'agiter en contrebas. Pour seule compagnie, il n'a que le cri des vautours. Parfois, quelqu'un monte jusqu'à la masure de l'homme pour réclamer quelque pitance, lorsqu'il n'y a plus rien à manger dans la vallée. Qui sait s'il redescendra…

Tirant son titre d'un poème de John Keats, Sur le flanc de la froide colline a servi de déclencheur à Loïc Le Borgne pour écrire Hysteresis.

Mon avis :

   En février 2014 est sorti Hysteresis, un roman post-apo de Loïc Le Borgne. Qui ne me tente absolument pas malgré les bonnes critiques que j'ai pu lire. Ce n'est donc pas forcément avec l'approche la plus positive qui soit que j'ai lu Sur le flanc de la froide colline, une nouvelle du même auteur qui lui a servi d'inspiration dans l'écriture de son roman, mise à disposition gratuitement par Le Bélial' jusqu'au 31 mars.

   Un homme, seul, sur une montagne. Un enfant, affamé, qui monte le trouver. Que faire dans ce nouveau monde où la pitié n'a pas sa place ? Il y a indéniablement, dans l'ambiance et la dureté, un quelque chose qui fait penser à La Route de Cormac McCarthy. Et je ne dis pas ça seulement parce que l'auteur le cite dans sa préface, je le pense vraiment.

   Le style, lui, est tout autre. Facile à lire car très verbal et oral. N'hésitant pas à multiplier les références. Cru et dur, avec cette pointe de désespoir et de folie propre à un post-apo. Et quelques phrases notables.

   Courte, l'histoire de Sur le flanc de la froide colline n'en est pas moins efficace. La chute est anticipable mais fait tout de même le boulot. Je ne suis pas sûr d'avoir véritablement compris l'univers mais j'ai pu facilement ressentir l'ambiance. Pas joyeuse, loin de là, mais intéressante. De quoi me pousser à lire Hysteresis ? Pourquoi pas.

Aucun commentaire: