lundi 10 février 2014

Christian Chavassieux - Mausolées

Fiche technique :

Titre : Mausolées
Auteur : Christian Chavassieux
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 327
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Descendu d’un ferrail brinquebalant, Léo Kargo pose son sac à Sargonne, une commune libre de l’Europe Ralliée établie après les terribles Conflits dont les destructions massives sont encore dans les mémoires de tous. L’un des hommes les plus célèbres de son temps, le richissime et controversé Pavel Adenito Khan l’a recruté pour s’occuper de son immense collection de livres, l’une des dernières bibliothèques au monde.
Mais Kargo comprend rapidement que son embauche ne doit rien au hasard. Inquiet, il enquête… Et les questions, les rumeurs, nombreuses, surgissent… À propos des livres atteint d’une mystérieuse lèpre, sur la séduisante Danoo Forge, l’assistante du milliardaire étrangement surnommé le Diable. Et qui est cette fascinante et dangereuse Lilith, mi-femme, mi-machine qui rode dans la cité ?
Dans cette quête, hantée par le souvenir d’une science déréglée et la folie guerrière des hommes, Kargo trouvera bien plus que des réponses. Il rencontrera un destin poignant, le sien et le chaos, celui du monde.

Mausolées est un miroir de notre époque troublée avec lequel, par une écriture d’une rare originalité et un art maîtrisé du suspense, l’auteur explore les grands enjeux du futur proche comme les fêlures plus intimes de l’homme. Empruntant au polar sa noirceur, au conte sa poésie, Christian Chavassieux tisse une magnifique histoire d’anticipation, passionnante et marquante de bout en bout.

Mon avis :

   C'est en lisant un billet de Julien, le Naufragé Volontaire, que j'ai découvert Mausolées. Intrigué, il s'est avéré qu'il n'aura pas fallu longtemps pour qu'il se retrouve entre mes mains.

   Pour être honnête, la couverture d'Akalikoushin a eu une grande influence sur mon envie de lire ce livre. Notamment car elle m'a tout de suite fait penser à du Enki Bilal. Et Enki Bilal, c'est bien. Je ne saurais totalement affirmé que j'ai été influencé par cette première impression - très surement - mais mon entrée dans ce roman m'a aussi fait penser à une entrée dans un univers à la Enki Bilal. Comprenne qui pourra.

   Léo Kargo arrive à Sargonne et découvre la ville, le lecteur dans ses bagages. Il est là pour prendre son poste au service de Pavel Khan, à la fois bibliothécaire et biographe. Une bibliothèque ? Une rareté excentrique dans ce monde. Ce monde ? Le nôtre, dans un futur proche, après les "Conflits", où certaines connaissances se sont perdues et où les nouvelles technologies ne sont là qu'en sourdine (dans un genre qui m'a fait penser à La Maison des derviches).

   Mausolées est un livre que l'on apprend à apprivoiser. La situation du "monde" ne nous est pas présentée avant bien longtemps et l'on est obligé de la découvrir "sur le tas", pas bribes et déductions. Tout comme Kargo qui va découvrir son lieu de travail, la demeure de Khan, et chercher à l'appréhender et découvrir les secrets et enjeux qui emplissent l'endroit. Tout comme ce jeu de stratégie inventé par Khan, le "Palais des Fous", dont les pions ressemblent étrangement aux habitants de la maison.

   Mausolées est un livre sombre, mais pas désespérant, et intelligent. Bien que l'action monte en intensité au fil des pages, c'est son ambiance qui reste le plus marquant. Ainsi que ses multiples axes de réflexion, notamment sur le futur de notre société ou sur le rôle de la littérature. Intelligent aussi dans ses révélations, bien dosées et ne cherchant pas à garder de mystère là où il n'y en a plus (typiquement, au moment où vous vous dites "ah, ça y est, j'ai compris", vous avez la confirmation quelques pages plus tard et de nouvelles questions à résoudre).

   À l'exception peut-être de son titre qui aiguille dans une fausse direction, Mausolées est un livre complet, qui allie ambiances, mystères, actions et réflexions. Le plus remarquable est peut-être le fait que Christian Chavassieux parvient à garder de la simplicité dans l'écriture, ne tire pas inutilement à la ligne et en fait un livre toujours agréable à lire. Une réussite complète.


Une lecture de plus pour le Challenge Francofou.

6 commentaires:

Vert a dit…

Je prends note ^^
La couverture fait vraiment penser à du Bilal en effet, je me suis fait la même réflexion en voyant ta chronique.

Baroona a dit…

Tu fais bien !
N'est-ce pas ? Encourageant, non ? ^^

Julien le Naufragé a dit…

Excellent livre !! J'ai vraiment apprécié la très belle plume et la création d'ambiance. L'ensemble montant lentement vers un apex aventureux. Un très bon livre.

Baroona a dit…

Tout à fait. Merci pour la découverte, il y a un fort risque pour que sans toi je sois passé à côté sans m'arrêter. ^^

Gromovar a dit…

Très bon en effet.

Baroona a dit…

Tout à fait.