lundi 9 décembre 2013

Greg Egan - En apprenant à être moi

Fiche technique :

Titre : En apprenant à être moi
Auteur : Greg Egan
Date de première publication : 1990
Nombre de pages : 27 (pdf)
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

« J’avais six ans lorsque mes parents m’ont dit que j’avais dans le crâne un petit cristal sombre qui apprenait à être moi. »
La matière organique est faible et périssable. Rien ne vaut le cristal Ndoli, cette invention révolutionnaire qui stocke la personnalité d’un individu dans sa nano-structure de carbone, rendant tout un chacun virtuellement immortel. Mais reste-t-on soi-même ? Demeure-t-on humain ? Et qu’est-ce, être humain ?

Mon avis :

   À l'occasion de la sortie en numérique des trois tomes de l'Intégrale raisonnée des nouvelles de Greg Egan, Le Bélial' offre pendant le mois de décembre la nouvelle En apprenant à être moi, extraite du recueil Axiomatique.

   En me renseignant un peu sur l'auteur, je m'attendais, avec un peu d'appréhension, à une lecture potentiellement hard science. Et en fait, pas du tout. Le narrateur, comme tous les êtres humains de ce monde, a un cristal dans la tête qui "apprend à être lui", pour pouvoir remplacer son cerveau un jour et le rendre potentiellement immortel. Voilà à peu près tout pour le côté science-fiction.

   L'aspect essentiel de cette nouvelle est le questionnement philosophique du narrateur. Sera-t-il toujours lui-même quand le cristal aura remplacé son cerveau ? Et très globalement, qu'est-ce que la vie et la mort ? Intéressant, mais pas forcément inédit. J'ai même trouvé ça légèrement angoissant.

   Et puis est arrivé le twist. Je ne peux pas dire que je m'y attendais à 100%, mais je ne peux pas dire non plus que j'étais surpris, malheureusement. La fin qui suit perd un peu l'intérêt qu'avait posées les réflexions du narrateur et laisse un goût d'inachevé, de "Oui. Et ?".

   L'idée de départ est bonne. Malheureusement, elle n'est pas suffisante pour porter la nouvelle dans son entièreté, tout du moins de la manière dont l'auteur l'utilise. Dommage.


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

3/5 : À la rigueur pour découvrir l'auteur et une bonne idée.

Betterman by The John Butler Trio on Grooveshark
Parce qu'à auteur australien, groupe australien...

Aucun commentaire: