lundi 2 décembre 2013

50 auteurs - 50 micronouvelles

Fiche technique :

Titre : 50 micronouvelles
Auteur : 50 auteurs différents
Date de première publication : 2013
Nombre de pages : 105 (epub)
Taille de l'écriture : Moyenne-grande

Quatrième de couverture :

Hemingway n’a peut-être jamais écrit « For Sale, Baby Shoes, Never Worn ». Cette petite annonce a pourtant popularisé la microfiction, un genre littéraire qui fait fureur aujourd’hui, sur Twitter et ailleurs.
À l’occasion de la sortie de La Quatrième Théorie de Thierry Crouzet, le premier thriller intégralement écrit sur Twitter, nous avons proposé à 50 auteurs de nous raconter une histoire en 140 caractères maximum.



Mon avis :

  50 micronouvelles, 50 auteurs est un recueil numérique de micronouvelles, et plus particulièrement de textes de moins de 140 caractères (toute ressemblance avec un réseau social n'est absolument pas fortuite), proposant un panorama de 50 auteurs différents, certains connus, d'autres anonymes, à mes yeux au moins. Découvert grâce à Lune, il est téléchargeable gratuitement ici.

   Je m'étais légèrement initié au domaine de la nouvelle brève, voire ultra brève, avec la lecture de 188 contes à régler de Jacques Sternberg. J'avais apprécié le recueil, mais je crois que je l'apprécie encore plus aujourd'hui. Car la première conclusion que j'ai tiré de 50 micronouvelles est simple : n'est pas Sternberg qui veut.

   À l'image de ces micronouvelles, je ne vais pas faire très long, et je ne vais pas vous détailler les 50 textes. Dans l'ensemble, le recueil est inégal. Il y a une quinzaine de récits qui tiennent la route, avec quelques textes vraiment  bons, dans des genres assez variés. Pour le reste, j'ai trouvé ça vraiment moyen, ne voyant souvent pas l'intérêt. J'ai eu mon lot de "Oui. Et ?" à la fin d'un certain nombre de nouvelles.

   Le format aidant, je ne résiste pas au fait de vous proposer trois exemples de ces micronouvelles, parmi celles qui m'ont convaincu. J'ai dû relire trois fois la première avant de la comprendre, et j'ai aimé l'image qui s'en dégage. La deuxième m'a décroché un rire. La troisième est excellemment bien pensée.

« Nue dans son appartement, elle est surprise de le voir passer si vite du 58e au 56e étage. »
Henri Lehalle

« - Me quitte pas, ai-je dit en regrettant le sang qui coulait de sa lèvre fendue.
- Fumier, jamais plus je vivrai aux crochets d’un boxeur ! »
Pierre Hanot

« ... boucle immédiatement. Police paradoxale ! Quittez cette ... »
Serge Lehman

   Au final, je suis un peu mitigé. Mais pour le temps très réduit que prend la lecture, et pour le prix que cela coûte, vous ne prenez pas un grand risque à lire ce recueil. Si ce n'est de croiser quelques bonnes idées. Un bon risque, non ?


Une participation de plus pour le JLNN.

Conclusion :

3/5 : À lire pour un recueil inégal comportant de bonnes trouvailles.

Mini, mini, mini by Jacques Dutronc on Grooveshark
Parce que ce sont des textes petits petits petits...

2 commentaires:

Vert a dit…

Même avis, j'ai bien aimé celle de Claude Ecken aussi (et de manière générale plus celles de SF, peut-être parce que j'ai pas besoin de les lire 4 fois pour comprendre ^^)

Baroona a dit…

C'est vrai qu'étonnamment celles qui viennent de l'imaginaire sont souvent plus claires que celles supposées être plus "normales". ^^