dimanche 10 novembre 2013

Peter S. Beagle - Le Rhinocéros qui citait Nietzsche

Fiche technique :

Titre : Le Rhinocéros qui citait Nietzsche
Auteur : Peter S. Beagle
Date de première publication : 1997
Nombre de pages : 264
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Il ressemble à un rhinocéros, marche comme un rhinocéros, et — grands dieux ! — empeste le rhinocéros. Mais il affirme être une licorne. Difficile, même pour un professeur de philosophie, de lui faire entendre raison...
Lasse de toujours voir les mêmes visages à ses réceptions, Lady Neville décide d'inviter la Mort à ce qui sera le plus grand bal qu'elle ait jamais organisé. Mais la Mort ne danse pas impunément...
Lila, la nouvelle petite amie de Joe Farrell, a vraiment quelque chose d'extraordinaire... surtout les soirs de pleine lune !

Par l'auteur de La dernière licorne et du Magicien de Karakosk, sept récits de fantasy comme vous n'en avez jamais lu, sept chefs-d'œuvre inoubliables où le merveilleux et le mythe se drapent d'une douce nostalgie.

Mon avis :

   Dans la série "le titre du livre donne complètement envie de le découvrir", voici Le Rhinocéros qui citait Nietzsche, un recueil de Peter S. Beagle. Et cela fait une participation de plus pour le JLNN de Lune.

   Avant toute autre chose, une précision. Malgré ce qu'en dit la quatrième de couverture, ce recueil ne contient que 6 nouvelles, et non 7. J'ai rarement vu une erreur aussi énorme, mais je crois savoir d'où elle provient. En VO, le recueil original contient effectivement 7 histoires. Mais allez savoir pourquoi, la version française n'a gardé que les 5 premières, tout en rajoutant une autre nouvelle, Une danse pour Emilia, publiée précédemment à part.

   Quoiqu'il en soit, ce sont donc 6 nouvelles qui nous sont proposées. Je m'attendais à quelque chose d'un peu fou et qui part dans tous les sens. Pas du tout. Bon, d'accord, il y a toujours un élément de fantastique qui vient déclencher une histoire qui sort de l'ordinaire. Mais ensuite, tout semble se dérouler normalement. On a l'impression que ce qui se passe est juste logique. Une sensation qui fait aussi écho aux réactions des personnages. Pas vraiment étonnés, jamais paniqués, rien de particulièrement bizarre ne semble être en train de leur arriver.

   Déroutant au début, on s'habitue petit à petit à vivre ce recueil à la manière d'un conte de fée où le merveilleux à une place attitrée. C'est doux à lire (ne me demandez pas ce que ça veut dire concrètement, mais c'est ce que je ressens). Le contrecoup, c'est que je suis rentré dans un état un peu apathique. Il n'y a pas de gros rebondissements ni de grands coups d'éclats, et tout ce que je lisais me semblait couler de source. "Oui, d'accord, oui, suivant".

   L'ensemble du recueil dégage tout de même une certaine beauté et une simplicité sympathique. Le Professeur Gottesman et le rhinocéros indien, une fois passée la déception de la folie non-présente, s'avère être plutôt touchante. Ma préférence ira pour Entrez, Lady Death, une poétique histoire où la Mort est invitée à un grand bal londonien.



Conclusion :

4/5 : À lire pour des nouvelles douces, oscillantes entre fantastique et normalité. 

Cubicle by Rinôçérôse on Grooveshark
Parce que le nom du groupe sonne comme rhinocéros...

5 commentaires:

Vert a dit…

C'est très joli ce qu'il écrit Beagle (je me souviens de Entrez Lady Death que j'ai dû lire y'a bien dix ans). Ca fait partie des auteurs dont il faudrait que je reprenne la lecture, mais bon tellement de choses à lire...

Baroona a dit…

Tu as raison, il vaut mieux aller découvrir Terry Bisson avant. =P

Acr0 a dit…

Huhu c'est marrant, j'avais utilisé le mot "joliment" pour dire ce que j'en pensais, donc je rejoins complètement Vert. Par contre, ce recueil m'avait bien plus plu que toi ; tant sur les éléments qui composent ces nouvelles que sur l'humour. Et je n'avais pas relevé le nombre de nouvelles :D

Baroona a dit…

L'humour ne m'a vraiment pas marqué. =/
Mais je suis d'accord pour dire que c'est joli. ^^

Anonyme a dit…

J'ai trouvé ce recueil de 5 nouvelles, assez drôle.
Sur le Rhinocéros, nous ne sommes pas loin du journal d'un fou de nicolas Gogol, avec une légère mise en abîme dans la mesure ou le rhinocéros est en réalité en licorne. C'est de plus exercice d'auto dérision.
J'ai adoré la nouvelle intitulé Lila et les loups garou, Le héro va faire la guerre à tout les chiens du quartier qui tentent de sauter sa copine transformée en loup garou. Je ne sais pas s'il faut chercher beaucoup de philosophie dans cette nouvelle qui se moque à mon avis des codes de la litterature fantasy.
Entrez lady death, ma tout se suite fait penser à "la mort" dans le sens de la vie des monthy Pythons malgré le décors élisabethin, cette nouvelle qui s'inscrit parfaitement dans la tradition des classiques de la littérature fantastique du 19ème siècle est assez délicate.
La licorne de Julie est une nouvelle assez drôle mais gentillette, elle nous raconte l'histoire d'une malheureuse licorne échappée d'un tableau est secourue par un couple de néo-bobos.
Le naga est en fait un compte indien qui est repris cette nouvelle m'a déçu, c'est un compte de fée dans la tradition des compte de fée.
Je suis désolé mais la dernière nouvelle m'a laissé un souvenir bien trop vague pour que je puisse en parler...

http://sfsarthe.blog.free.fr