vendredi 8 novembre 2013

David Calvo - Nid de coucou

Fiche technique :

Titre : Nid de coucou
Auteur : David Calvo
Date de première publication : 2007
Nombre de pages : 253
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Épuisé par son combat contre le cynisme d'un monde au bord du gouffre, Norville a quitté les siens pour accomplir en Antarctique la quête qui l'obsède depuis son enfance : percer le secret du Grand Coucou du Gondwanaworld, dieu mythique d'un continent disparu, dont le réveil pourrait empêcher l'humanité de s'auto-détruire. Mais qu'est-ce réellement que le Gondwanaworld ? Un mythe à l'usage des établissements scolaires défavorisés ? Un jeu de rôle expérimental orchestrant le combat à mort des plaques tectoniques antédiluviennes ? Un parc d'attraction, ayant pour stars des personnages d'émissions françaises des années 1980 ? Casimir, le montre gentil, aurait-il ouvert dans l'Île aux enfants la porte d'une dimension parallèle ?

Mon avis :

   Attention, OVNI en approche ! Ou OLNI pour être plus exact : Objet Littéraire Non Identifié. Non, mais lisez moi cette quatrième de couverture. Si elle vous fait ouvrir de grands yeux, imaginez que ce n'est qu'un soupçon de l'incompréhension et de la folie qui se dégage de ce livre.

   Avant d'essayer de parler du fond, attardons-nous un peu sur la forme. Tout commence par une carte (toujours un bon point, juste parce que j'aime bien les cartes), puis un sommaire aux allures de stratigraphie qui donne le ton : ce livre va être spécial. En parcourant l'oeuvre, on pourra se rendre compte qu'il est parsemé de diverses photos prises par l'auteur. Je ne suis pas sûr que cela amène véritablement un plus, si ce n'est que cela rend l'objet-livre encore plus particulier. Pendant que j'y suis, je peux souligner la très belle couverture de Marion Girerd, tout en couleur et en onirisme, parfaitement dans la veine des écrits de David Calvo.

   Mais je m'égare, et j'évite le problème principal : qu'est-ce que Nid de coucou ? Et bien, je ne suis sûr de rien. À la base, il s'agit de plusieurs nouvelles de David Calvo, parues précédemment ailleurs et regroupées ici. Mais ce n'est pas qu'un simple recueil puisque ces nouvelles sont agrémentées d'autres textes qui les relient et créent un univers ainsi qu'une histoire plus globale sur le Gondwanaworld.

   Concrètement, on n'y comprend absolument rien au début. Il y a des éléments qui reviennent régulièrement (le Gondwanaworld, Casimir, le Grand Coucou), ainsi que de très nombreuses références triturées en tout sens (de Robert Louis Stevenson à Babar, de Franck Sinatra au Capitaine Crochet,...). Cela donne des aspects très fouillis, surtout qu' on arrive pas à comprendre où l'on va. Parce qu'on ne va quasiment nulle part en fait. On se balade dans un univers, on le découvre, on le comprend petit à petit sans jamais être sûr de rien. Les narrateurs se mélangent, tout comme les types de narration, et tout comme le temps et l'espace. Cela vous semble totalement fou ? Ça l'est en quelque sorte, il faut lire Nid de coucou pour vraiment envisager Nid de coucou.

   À côté de ce monde qui s'étend principalement au travers des petits chapitres, il y a aussi les grandes histoires, les nouvelles originelles, d'une trentaine de pages généralement (6 ou 7 je crois). Toutes sont surprenantes, et il y a de véritables bijoux. Iceblink blunk par exemple, enquête à la Columbo dans une communauté de bonhommes de neige. Ou John Frog, histoire d'un homme qui a un coucou dans les cheveux après un mauvais enchantement d'un sorcier, dont la chute est grandiose (dans tous les sens du terme).

   Nid de coucou est inclassable à tous points de vue. C'est un concept, une aventure. Ce n'est pas une lecture toujours facile mais, même si je ne sais pas toujours comment ni pourquoi, c'est vraiment super. Parce que je ne l'ai pas encore dit, mais ce livre fait aussi passer de très beaux messages, avec de vraies émotions.

   J'aime bien les lectures décalées, j'aime l'absurde et ce qui sort du rang. David Calvo arrive à faire tout cela, d'une manière que je n'avais jamais vu. On le rapprochera peut-être parfois un peu d'un Fabrice Colin, avec qui il a déjà écrit, mais cela reste quand même bien différent. C'est unique, et c'est bien pour ça qu'il y aurait tant à dire. Mais pour finir, trois choses. Premièrement, un résumé en une phrase : je pense qu'avant tout, Nid de coucou est un éloge de l'imaginaire. Deuxièmement, un lien vers une interview de David Calvo sur le Cafard cosmique, qui donne un petit aperçu du bonhomme. Enfin, une citation, qui n'a aucune prétention si ce n'est qu'elle m'a marqué :

« N’oubliez jamais ce que je viens de vous dire. Ce que vous contemplerez, de vos yeux, sera pour vous, uniquement pour vous. Ce que vous en tirerez n’existera pour personne d’autre. ce sera votre coeur, votre âme, votre secret. Vous n’hésiterez pas à l’oublier, pour ne pas risquer de le tâcher. Les derniers espaces blancs de l’invisible sont plus précieux que tout, car leur véritable valeur n’a jamais été envisagée autrement que par rapport à nos ressources matérielles. C’est ainsi : jamais le monde n’a pensé que quelque chose qui n’existe pas pouvait nous rendre meilleur. »


Une nouvelle lecture pour le Challenge Francofou.

Conclusion :

5/5 : A lire pour une expérience unique, entre découverte d'un étrange univers et lecture de belles nouvelles.

L'Ile aux Enfants by Musique de dessin animé on Grooveshark
Parce que Casimir a une place prépondérante dans l'aventure...

2 commentaires:

Vert a dit…

Ca ressemble bien à du David Calvo tout craché, le peu que j'ai lu de lui était systématiquement complètement déjanté. J'aime bien ce genre de recueils de nouvelles avec valeur ajoutée, y'en a quelqu'uns chez les Moutons et c'est toujours de belles découvertes (effectivement en lisant ton article j'ai pensé à Comme des fantômes de Fabrice Colin).

Baroona a dit…

Complètement déjanté est peut-être encore un peu en dessous de la réalité. ^^
Il faudrait que j'essaye Comme des fantômes, l'idée de départ est assez détonante.