vendredi 11 octobre 2013

Mélanie Fazi - Arlis des Forains

Fiche technique :

Titre : Arlis des Forains
Auteur : Mélanie Fazi
Date de première publication : 2004
Nombre de pages : 311
Taille de l'écriture : Moyenne-plus

Quatrième de couverture :

Lorsqu'on a onze ans, le monde est un endroit étrange...
Et quand ce monde se compose d'un ours, de singes savants et de serpents, l'étrange devient le quotidien. Car Arlis est un forain, et sa maison est la route.
Il vit heureux en compagnie d'Emmett et de Lindy, qui dirigent la caravane, de Jared, le cul-de-jatte, d'Aaron et de Katrina. Si seulement Arlis savait ce qu'il fait parmi eux. Car il ignore tout de ses origines ou de sa famille.
Un jour, alors que les forains atteignent la petite bourgade de Bailey Creek, Arlis fait la connaissance de Faith, la fille du pasteur. Ils se lient d'amitié et deviennent complices, au coeur des blés, sous la lune et le vent.
Mais Faith n'est pas non plus une fille comme les autres. Elle connaît les secrets des champs de blés. Elle initie Arlis à d'étonnants sacrifices dédiés à l'épouvantail qui règne en maître sur ces lieux. Autour d'eux plane une présence invisible et effrayante.
Oui, lorsqu'on a onze ans, le monde est un endroit étrange, où peuvent surgir la violence et la mort, et changer votre vie à tout jamais...

Mon avis :

   Le nom de Mélanie Fazi ne m'était pas inconnu, mais je n'ai pas su retrouver où j'en avais entendu parler. En tout cas, le titre Arlis des Forains ne me disait rien. Mais puisqu'il y avait le mot "forains", il méritait que je l'essaye (oui, ce n'est parfois pas plus compliqué que ça).

   Jouons cartes sur table, je ne sais pas ce que je pense de ce livre - ou j'en pense trop de choses différentes. Pendant la majeure partie de ma lecture, je n'ai pas accroché. Tout d'abord parce qu'il ne se passe pas grand chose, et qu'on ne sait pas pourquoi on suit cette étape d'une troupe de forains à Bailey Creek, un véritable trou paumé (et ça, on le ressent bien). Et puis, alors que je pense qu'ils avaient du potentiel, les personnages manquent de profondeur et de capacité à provoquer l'empathie. Bref, une lecture mécanique, pas vraiment compliquée mais longuette.

   Et puis la dernière partie du livre est arrivée. Avec elle, un peu plus de rythme, et enfin de l'avancement et des décisions. La quête d'identité du héros, thème effleuré pendant tout le roman, prend de l'importance. Il y a de belles choses dans cette conclusion, c'en est presque touchant. Pour dire, il y a même un moment où l'on a pas forcément envie de gifler Nellie Oleson (ou quelque soit son nom dans ce livre - Faith).

   À chaud, c'était quasiment une bonne impression que j'avais de ce roman. Mais à froid, mes souvenirs sont finalement flous sur ce qui a pu être bon, la faute à la majorité ennuyante du récit qui noie le positif. J'ai lu que Mélanie Fazi était une nouvelliste reconnue, et ceci explique peut-être cela.

   En tout cas, ne lisez pas Arlis des Forains pour les forains, qui n'ont pas une grande importance. Lisez-le à la rigueur pour Arlis, dans sa quête de ses origines qui pourra faire écho à l'intérieur de chacun.

Conclusion :

3/5 : À réserver pour son dénouement.

Le Cafard Des Fanfares by Ours on Grooveshark
Parce qu'il y a un ours, et que fanfare et forain ça sonne un peu pareil...

2 commentaires:

Julien le Naufragé a dit…

Lu à l'époque de sa sortie, j'en garde un bon souvenir à défaut d'avoir mémorisé les détails de l'histoire.

Baroona a dit…

Étonnamment, j'ai plutôt l'histoire encore bien en tête. Ce qui me manque, c'est le bon souvenir. =(