lundi 26 août 2013

Thomas Day - L'Instinct de l'équarrisseur, Vie & mort de Sherlock Holmes

Fiche technique :

Titre : L'Instinct de l'équarrisseur, Vie & mort de Sherlock Holmes
Auteur : Thomas Day
Date de première publication : 2002
Nombre de pages : 359
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

« - Inimaginable, mes amis ! s'écria Jack London. J'ai l'impression que je peux mourir maintenant que j'ai vu cette chose qui a traversé les gouffres de l'espace interstellaire.
- Essayez de délivrer Holmes avant de nous quitter pour un monde que l'on dit meilleur.
- Sachez qu'il n'existe pas de meilleur monde que celui-ci. »

Londres, 1888.
Rattrapé par le personnage qu'il a lui-même créé, Arthur Conan Doyle est surpris par l'arrivée tonitruante du professeur Watson au beau milieu de son bureau. Après un saut spatio-temporel approximatif, les deux compères retrouvent le célèbre détective afin de l'aider à résoudre une série de crimes...
Une enquête qui aurait pu être simple, mais qui les mènera de Londen à la mystérieuse cité interdite de York, où complote le pire ennemi de Sherlock Holmes, puis de la Californie aux crêtes de la Cordillère des Andes.
Il sera alors question de l'habituelle quête de l'immortalité, et d'une poignée d'aventuriers délirants, prêts à tout pour trouver l'Arche des Worsh et percer le secret de l'Instinct de l'équarrisseur...

Mon avis :

   Un roman mettant en scène Sherlock Holmes est toujours quelque chose qui est tentant. Et quand c'est par Thomas Day, encore plus. Je ne vous parle même pas du cas où cela sent l'histoire qui va partir dans tous les sens... Enfin, si, dans quelques lignes.

   L'instinct de l'équarrisseur se déroule dans deux univers parallèles : le notre, où vit Arthur Conan Doyle, et un parallèle, où vivent Sherlock Holmes et John Watson ainsi que les Worsh, une espèce extraterrestre pacifique. Doyle a été recruté par le duo pour être leur biographe - d'où les aventures d'Holmes que nous connaissons. Mais nos versions ne sont que des histoires édulcorées, presque des contes pour enfants, en comparaison du véritable Sherlock, qui se complaît dans la torture et le meurtre.

   Le récit se découpe en trois parties. La première est une ancienne novella de Thomas Day, présentant l'univers et les protagonistes par une première enquête liée à Jack l'éventreur. La deuxième partie est centrée sur les "méchants" du roman, dont un certain Moriarty. Enfin, la troisième est la conséquence de la deuxième, le grand affrontement final après une aventure survoltée. Cette découpe en parties donne encore plus de rythme à un récit qui va à tout allure, et, surtout, part à vau-l'eau.

   Ce livre est un hommage à Arthur Conan Doyle et à Sherlock Holmes, au créateur et à sa créature. Il suffit de lire la préface ou l'impressionnante bibliographie finale pour s'en rendre compte. Pour moi, la grande force de Thomas Day, c'est de ne pas avoir fait une copie de Doyle. Ce n'est pas vraiment une enquête que nous suivons, mais bien une grande aventure, où s'enchaînent les nombreux clins d'oeil et références à Holmes, ainsi qu'à une multitude d'autres personnages (Jack London, Oscar Wilde, Butch Cassidy,...). Une mention spéciale à la brève participation de Sigmund Freud, hilarante (oui, ce livre pourra en plus vous tirer quelques sourires).

   C'est un bon livre, un hommage réussi à un personnage connu de tous, une histoire agréable et passablement loufoque, non dénuée de bonnes idées de science-fiction, qui vous fera rencontrer nombre de personnalités, dans des situations légèrement différentes que ce que l'Histoire a bien voulu nous en dire.

« - Vous êtes sûr de tout ça, Holmes ?
- Bien sûr que non, mais c'est toujours amusant de se lancer dans une telle narration déductive. »

Conclusion :

4/5 : A lire, pour une aventure de Sherlock Holmes bien différente de d'habitude.

Discombobulate by Hans Zimmer on Grooveshark
Parce que c'est la bande originale d'un autre Sherlock Holmes...

2 commentaires:

Vert a dit…

C'est un livre fun, pas parfait mais je me rappelle m'être bidonnée dans le métro en lisant leurs aventures en dirigeable :D

Baroona a dit…

Exactement. C'est à ne pas prendre au sérieux.