mardi 11 juin 2013

Neil Gaiman - Anansi Boys

Fiche technique :

Titre : Anansy Boys
Auteur : Neil Gaiman
Date de première publication : 2005
Nombre de pages : 488
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

« Si on devait définir Anansi Boys, ce serait une épopée magico-horrifico-thrillo-fantastico familiale, même si cela exclut son côté polar et tout son aspect culinaire. Bref, c'est un livre de moi. Et je me suis vraiment amusé en l'écrivant. » Neil Gaiman

Le père de Gros Charlie n'était pas ordinaire : il était Anansi, le Dieu Araignée, l'esprit de rébellion, un dieu filou capable de renverser l'ordre social, de créer une fortune à partir de rien et de défier le diable... Un héritage bien encombrant ! Une mythologie moderne où l'on trouve une sombre prophétie, des désordres familiaux, des déceptions mystiques, et des oiseaux tueur. Sans oublier un citron vert.

Mon avis :

   Après un début d'année quasiment dédiée à sa découverte, c'est le retour d'une lecture de Neil Gaiman. De Monsieur Neil Gaiman. Et en plus aux éditions du Diable Vauvert, éditions que je trouve toujours belles et agréables à lire. Que demander de plus ? Que cela soit bien ? Mais ça l'est, évidemment !

   L'action d'Anansi Boys se situe dans le même univers qu'American Gods, soit un monde contemporain où cohabitent de nombreuses divinités. Ce n'est pas pour autant une suite, bien qu'on y retrouve le personnage de M. Nancy, personnage secondaire d'American Gods. De toute manière, l'histoire se concentre plus sur ses enfants que sur M. Nancy. Mais ça, vous le saviez déjà, puisque vous aviez lu le titre du roman...

   Si je devais définir Anansi Boys, je prendrais la définition que donne Neil Gaiman sur la quatrième de couverture. C'est exactement ça, c'est du Gaiman. On y retrouve sa plus grande force : des personnages hauts en couleur et complètement loufoques. Plus toujours une dose d'humour. Au passage, le citron vert (une sorte de running gag hilarant) m'a fait pensé au cachalot et au pot de pétunia d'H2G2. J'avais juste envie de le dire.

   Au niveau de l'histoire en elle-même, cela met un peu de temps à se déclencher. La première partie existe sans véritable but, si ce n'est de suivre la vie d'un personnage. Puis, alors qu'on se fait à l'idée que ce livre n'ira nul part, une intrigue se crée. Ce n'est peut-être pas exceptionnel, on sait globalement où le récit va aller, mais la plume de Neil Gaiman sait faire la différence, et rendre cela prenant. Et on pourra peut-être y voir quelques belles métaphores et réflexions sur les histoires et l'enfance.

Conclusion :

4/5 : A lire, parce que sympathique, et pour la plume de Neil Gaiman.

I Get Around by The Beach Boys on Grooveshark
Parce que ce sont des "boys" eux-aussi... 

Aucun commentaire: