vendredi 28 juin 2013

Harlan Coben - Balle de match

Fiche technique :

Titre : Balle de match
Auteur : Harlan Coben
Date de première publication : 1996
Nombre de pages : 309
Taille de l'écriture : Moyenne

Série : Myron Bolitar
Tome : 2/?

Quatrième de couverture :

Myron Bolitar ! Y en a pas deux comme lui. D'agent du FBI à agent sportif, la reconversion aurait dû être facile. Erreur. Son nouveau job n'est pas de tout repos non plus. Même le tennis peut s'avérer dangereux : toutes les balles ne sont pas amorties et certaines sont mortelles... C'est le cas pour Valérie Simpson, ex-star de la raquette, frappée en plein coeur au milieu des milliers de spectateurs de l'US Open. Myron devrait se contenter de la version officielle : "balle perdue". Sauf que la veille, Valérie a tenté de le joindre. A peine sortie d'un hôpital psychiatrique, que voulait-elle lui dire ?
Et c'est reparti ! Avec son vieux pote Win, dandy sans peur et sans scrupules, Myron monte au filet. Or, quand on a pour adversaires la Mafia et un sénateur ripou, le jeu est décisif...

Mon avis :

   Deuxième étape de ma redécouverte, dans l'ordre, des aventures de Myron Bolitar, l'agent sportif enquêteur d'Harlan Coben. Après Rupture de contrat, voici Balle de match. Cette fois-ci, c'est dans le monde du tennis que va se dérouler l'action.

   L'action, ou plutôt les actions. Comme d'habitude, plusieurs pistes se déroulent au début du roman, et se regroupent comme par magie à la fin. Allez, si on veut trouver une critique, ça sera surement celle-là (qui est la même pour nombre de romans policiers "basiques") : tout tombe un peu trop bien. Heureusement, cela n'empêche pas de garder du suspense. Et une fois plongé dans l'intrigue, on ne s'en soucie pas.

   C'est une lecture sans prise de tête. Le duo Myron Bolitar & Windsor Horne Lockwood fonctionne très bien, avec un tas de répliques qui forcent à sourire. Même si ça peut parfois sembler un peu brouillon, l'intrigue tient la route. Petit moment d'autosatisfaction : j'ai prévu la fin à la page 268 (ok, il y a pas de quoi se vanter, mais Myron le savait pas encore !), après avoir failli la découvrir au tout début. Je pense d'ailleurs que je ne dois pas être le seul à avoir pu l'imaginer au départ, mais Harlan Coben gère très bien la chose.

   Et puis c'est tout.

Conclusion :

4/5 : A lire, parce que c'est une valeur sûre pour une lecture tranquille.

Le Petit Bal Perdu by Bourvil on Grooveshark
Parce qu'homonyme et que cette chanson est du niveau d'une balle de match...

2 commentaires:

Kissifrott a dit…

Peut-être mon Harlan Coben préféré, de ce que j'en ai lu :)

Baroona a dit…

Pas le mien, de ce que j'en ai lu. =)
Mais peut-être la quatrième de couverture la plus délirante, ça oui. ^^