dimanche 5 mai 2013

Christopher Moore - Le secret du chant des baleines

Fiche technique :

Titre : Le secret du chant des baleines
Auteur : Christopher Moore
Date de première publication : 2003
Nombre de pages : 400
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Le biologiste marin Nathan Quinn travaille depuis des années sur le chant des baleines dans son laboratoire hawaïen situé sur l'île de Mauï.
Sponsorisé par une vieille milliardaire lunatique qui prétend que les baleines lui parlent et entouré d'une équipe de bras, cassés, notre héros n'arrête pas de se faire chambrer par ses collègues scientifiques.
Un soir, alors que Nathan est sur le point de déchiffrer le chant des mammifères marins en appliquant une grille d'analyse mathématique binaire, son laboratoire est fouillé et saccagé.
Quelques heures plus tard, lors d'une sortie en mer, son embarcation est retournée par une baleine qui l'avale. Pour Nathan, l'aventure ne fait que commencer...
Rencontre improbable du commandant Cousteau et de Tex Avery, Le secret du chant des baleines est une relecture sous LSD de Vingt mille lieues sous les mers. Attachez vos ceintures, lire un livre de Christopher Moore, c'est un peu comme si on pénétrait dans la Quatrième Dimension...

Mon avis :

   Après une splendide découverte de Christopher Moore via L'agneau, j'ai décidé de poursuivre l'aventure avec Le secret du chant des baleines (et ce n'est pas un titre juste pour faire beau : l'histoire a vraiment trait au secret du chant des baleines). J'avais d'assez hautes espérances avant le début de la lecture, même si je savais qu'il y avait peu de chances pour que ça atteigne le niveau de L'agneau. Effectivement, ça ne l'atteint pas.

   Tout commence à Hawaï, où l'on découvre les protagonistes et le monde des baleines. C'est du Christopher Moore, c'est très documenté, et ça se sent. Il ne se passe pas énormément de choses dans cette première partie, on se familiarise avec le sujet et on sent un petit mystère pointer le bout de son nez. Ensuite, ça part en cacahuètes.

   Alors que le début est complètement ancré dans le réel, on entre par la suite, et sans transition, dans un univers totalement fantastique et fou. Univers auquel je n'ai absolument pas accroché. Peut-être cela vient-il de la rupture, du fait que je m'étais habitué et préparé à finir l'aventure sur un ton réaliste. Je ne sais pas.

   Je suis obligé de faire une comparaison avec Bernard Werber. Dans les deux cas, on a à la fois une grande dose de connaissances et d'informations réelles, et une histoire à la frontière entre polar et science-fiction. Sauf que ce livre n'a pas fonctionné pour moi aussi bien que peuvent le faire les romans de Werber. Peut-être un peu trop compliqué parfois (notamment sur l'intrigue finale, où je ne pourrais pas assurer d'avoir tout saisi), même si l'ensemble est intéressant, et engagé (au moins écologiquement).

   Ce n'est donc pas une grande lecture pour moi. Néanmoins, je ne peux pas totalement la déconseiller, puisque je pense qu'elle a de quoi plaire à d'autres. A vous de voir. En tout cas, si vous êtes fan de baleines, foncez !

Conclusion :

3/5 : A réserver aux fans de baleines.

The Whale Has Swallowed Me by Hugh Laurie on Grooveshark
Parce que Nathan Quinn pourrait le dire...

2 commentaires:

Acr0 a dit…

Je suis loin d'avoir lu tout Moore (bien au contraire) mais son roman le plus réussi à mes yeux reste tout de même l'Agneau (et de loin).
Celui-ci, je ne l'ai pas lu, donc.

Baroona a dit…

D'accord, j'aurai moins d'attente pour le prochain, promis ! ^^