dimanche 10 mars 2013

Harlan Coben - Rupture de contrat

Fiche technique :

Titre : Rupture de contrat
Auteur : Harlan Coben
Date de première publication : 1995
Nombre de pages : 285
Taille de l'écriture : Moyenne-Plus

Série : Myron Bolitar
Tome : 1/?

Quatrième de couverture :

Myron Bolitar : un prénom à coucher dehors et un physique de tombeur. Ex-champion de basket, ex-agent du FBI, il est désormais agent sportif et défend les intérêts des jeunes espoirs du stade. Univers impitoyable ! Avec des millions de dollars en jeu, dopage et chantage sont les deux mamelles de la concurrence - qui ne dédaigne pas non plus l'intimidation " musclée ". Heureusement, Myron peut compter sur son associé Win, expert en arts martiaux et roi de la gâchette.
Quand l'un des poulains de Myron reçoit un coup de fil de sa fiancée que l'on croyait morte depuis dix-huit mois, les choses se compliquent. Vu l'inertie de la police, Myron et Win jouent les détectives - ce qui les amène à explorer les coulisses de l'industrie pornographique, entre autres milieux interlopes. 
Qui a dit que le sport était bon pour la santé ?

Mon avis :

   Un petit détour du côté des polars, des romans policiers, des appelez-ça-comme-vous-le-voulez. Je ne suis pas vraiment un grand connaisseur de ce genre littéraire, je lis surtout des auteurs que j'ai déjà expérimenté ou qu'on m'a fortement recommandé. Un peu de temps en temps, pour changer. Et j'ai décidé de me remettre à Harlan Coben. J'ai déjà lu quelques livres de sa part, dont deux (à peu près) de son personnage phare : Myron Bolitar. Cette fois, on reprend au tout début, avec la première aventure de Myron Bolitar.

   J'étais donc déjà familiarisé avec le personnage. Ex-sportif de haut niveau, ex-agent du FBI, et désormais agent sportif, ça vous donne un bonhomme avec un peu de passé. Vous l'aurez compris, agent sportif qui va forcément devoir renouer avec son passé d'enquêteur quand un de ses clients en aura besoin.
Le problème avec les romans policiers, c'est que c'est un peu toujours pareil. Ici aussi, à première vue, c'est "bateau" : comme de par hasard, il est aussi enquêteur, et il va devoir mener des enquêtes. C'est pas faux.

   Mais il y a pour moi deux choses qui font que ça fonctionne.
Premièrement, l'histoire prend sa base dans le milieu sportif, et on en a fréquemment des références. C'est déjà moins commun, et c'est plutôt sympa quand on apprécie le sport. Honnêtement, je ne peux pas dire comment on vit le livre si on n'aime pas le sport. Ce n'est pas en soit nécessaire pour comprendre, mais cela apporte un plus.
Deuxièmement, le style de Coben. Je dirais que le livre est composé aux deux-tiers de dialogues (chiffre absolument soumis à ma subjectivité, mais en tout cas, y'en a beaucoup). Cela donne une lecture animée, et facile. Ajoutez à cela un duo de héros haut en couleur, Myron Bolitar, son autodérision et ses remarques drôles, et son ami Windsor Lockwood III, un personnage totalement improbable.

   Ce n'est peut-être pas révolutionnaire, mais c'est excellent dans son genre. L'histoire tient la route, avec son lot de découvertes et de rebondissements. Tout se passe rapidement, et cela se lit aussi vite. Un bon moment à passer, entre mystère et humour.

Conclusion :

4/5 : A lire, simple, bon et efficace.

I Want to Break Free (Single Version) by Queen on Grooveshark
Parce que "break, broke, broken", rupture...

1 commentaire:

Kissifrott a dit…

Voilà bien longtemps que j'ai pas lu de polar "classique", et encore plus du Coben. Bouquin très sympa cela dit en passant, si c'est bien celui dont je me souviens ;)