mardi 29 janvier 2013

Isaac Asimov - I, Robot

Fiche technique :

Titre : I, Robot
Auteur : Isaac Asimov
Date de première publication : 1950
Nombre de pages : 319
Taille de l'écriture : Moyenne

Quatrième de couverture :

Dans le futur, les robots sont devenus progressivement indispensables à l'homme, en étant toujours plus sophistiqués, plus puissants - mais aussi, parfois, plus dangereux. Heureusement, les humains sont bien protégés par la Première Loi, qui rend les androïdes inoffensifs. Mais qu'adviendrait-il si son interprétation était biaisée ? Et si des machines s'imposaient à des postes clés de notre société ? Et si les robots venaient à diriger le monde ?

Mon avis :

Tiens, du Asimov, ça faisait longtemps, n'est-ce pas ? Pourtant, on change un peu de domaine, puisqu'aujourd'hui on se tourne du côté des robots, et plus précisément dans le premier livre faisant partie du Cycle des Robots. Vu que j'ai passé un peu de temps à comprendre comment fonctionnait ce cycle, je vais commencer par vous l'expliquer.

Le Cycle des Robots est un ensemble de 6 livres, ayant pour trait les robots (je sais, c'est une grande révélation). Ces 6 livres peuvent se séparer en deux groupes : d'une part les 2 premiers livres (Les Robots (ou I, Robot en version originale et pour certaines versions françaises) et Un défilé de robots), qui sont des recueils de nouvelles traitant des trois lois de la robotique et des débuts de la robotique ; d'autre part les 4 romans (Les cavernes d'acier, Face aux feux du soleil, Les robots de l'aube, Les robots et l'empire), qui sont des histoires complètes, dans un futur plus lointain, centrées sur le personnage d'Elijah Baley.

Nous sommes donc ici dans le premier livre du cycle. Et comme la couverture ne l'indique pas, ce n'est pas le récit du film I, Robot que nous allons lire, mais bien 9 nouvelles évoquant les 3 lois de la robotique (que je suis obligé de citer) :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Evidemment, il va y avoir quelques petits problèmes avec ces lois, qui amèneront généralement Susan Calvin (dont les souvenirs forment la trame du recueil) ou Powell & Donovan à devoir les comprendre et les résoudre.

J'ai beaucoup moins accroché à I, Robot que je ne l'avais fait avec Cailloux dans le ciel ou The Early Asimov. J'ai trouvé ça moins fluide, beaucoup plus compliqué et technique. Il y a de bonnes idées, mais on peine à avancer dans le développement. J'ai aussi eu un peu de mal avec certains personnages, notamment le duo Powell/Donovan (qui enchaînent trois nouvelles en plus, c'est bête...). Et je ne sais pas quoi ajouter.

Une petite déception dans mon élan asimovien.

Conclusion :

3/5 : A réserver aux fans de robotique.

Superstition by Stevie Wonder on Grooveshark Parce que la première scène du film...

2 commentaires:

Kissifrott a dit…

J'ai horreur des couvertures faites à partir de film :s

Good sound sinon 8)
Et sacré rythme de lecture, 10 romans dans le mois :o

Baroona a dit…

Je ne peux qu'être d'accord, c'est du gâchis.

Pour la musique, elle est effectivement super, mais elle ne vaut pas la pose de Will Smith dans la douche. (oui, j'ai cette image ridicule qui revient dans mon esprit à chaque fois que j'entends Superstition >.<)